Réinventer sa vie à 40 ans: L'importance de saisir la beauté d'une rencontre selon Kim Thúy | Clin d'œil
/culture/quoifaire

Réinventer sa vie à 40 ans: L'importance de saisir la beauté d'une rencontre selon Kim Thúy

Quel est le secret de ces femmes qui rayonnent sans se soucier des contraintes qu'on voudrait leur imposer parce qu'elles sont soit trop jeunes, soit trop vieilles? Au-delà de leur style ou de leur génétique, il serait surtout question de leur capacité à se réinventer à tout âge. À 47 ans, l'auteure Kim Thúy se confie sur l'importance de saisir la beauté de chaque rencontre. En prime, on vous donne les pistes pour se réinventer à 40 ans!

« Lors d’un voyage récent à Edmonton, je suis passée devant le terminus d’autobus sur mon chemin de retour à l’hôtel. Un jeune homme de la rue, beau mais déjà marqué par la vie, a couru vers moi pour me demander quel était le livre que je tenais entre les mains. Je venais de le recevoir en cadeau, alors je ne pouvais que lui donner l’histoire de son auteur, Patrick deWitt, qui est devenu écrivain sans avoir terminé son secondaire.

 

“Pourriez-vous me lire le résumé as you walk away? J’aime la lecture”, m’a-t-il dit en me quittant. L’image était d’une telle beauté... À mon tour, j’ai couru vers lui. Je ne lui ai pas lu le résumé. Je lui ai offert le livre. Il s’est penché pour m’embrasser la joue sans rien ajouter.

 

Avant la quarantaine, je n’aurais pas saisi la beauté de cette rencontre. J’aurais été freinée par mes peurs, par mes préjugés. Je n’appréciais pas tous ces petits détours que prend la vie pour nous conduire vers un moment déterminant. Je crois aujourd’hui que ces rencontres arrivent toujours pour une raison. Je ne gaspille plus aucun détail. Mes antennes sont plus sensibles. J’ai compris que la chance est toujours déguisée: elle nous arrive costumée, on la reconnaît rarement tout de suite.

 

Quand on est jeune, on n’a pas nécessairement appris que la vie a toujours un filet pour nous rattraper si on fait une chute. Je le comprends mieux maintenant, à 40 ans.

 

Dans ma cinquantaine, j’aimerais avoir le réflexe d’étirer encore davantage ce genre de moments. J’aurais aimé m’asseoir avec lui afin de lire la première page du roman ensemble... puis l’écouter me raconter son histoire à lui.»

 

Voici les pistes pour se réinventer à 40 ans:

 

1- On débranche le pilote automatique avec notre homme

 

«Après des années à prioriser les enfants, plusieurs couples traversent un creux dans la quarantaine, indique la Dre Stéphanie Léonard. Il est alors temps de remettre le couple en haut de la liste des priorités, non seulement en faisant des activités en tandem, mais aussi en rétablissant la communication. Où en est notre sentiment amoureux? C’est généralement une bonne période pour entreprendre une thérapie de couple, juste pour apprendre à se retrouver et sortir du tourbillon.»

 

2- On apprivoise le laisser-aller

 

«Dans la quarantaine, la plupart des femmes réalisent l’importance de laisser aller ce qu’elles ne peuvent contrôler, indique l'auteure et conférencière Nicole Bordeleau. Certains irritants sont malheureusement inévitables. On peut toutefois révolutionner notre vie simplement en devenant moins réactive face à ces situations déplaisantes. On prend son mal en patience... et on respire!»

 

3- On brasse les cartes

 

«Dans la quarantaine, on récolte souvent les efforts investis dans la trentaine, indique Jessica Joyal, chasseuse de têtes. On entre alors dans une zone de confort. Attention à la stagnation! Pourquoi ne pas suivre une formation complémentaire ou carrément changer de métier ou de région? On pourra alors transférer nos acquis tout en relevant de nouveaux défis.»

 

4- On appuie sur le bouton refresh

 

«On se moque souvent de la crise de la quarantaine, mais elle est pourtant bien réelle, et même salutaire, indique la Dre Léonard. On réalise alors que certains projets n’ont pas été entrepris, que certains objectifs n’ont pas été atteints. On ressent le besoin d’un refresh, comme quand on actualise une page web. Avant de se réinventer, on doit d’abord se reconnecter avec notre essence, avec qui on est vraiment. On accepte ce moment de pause au lieu de vouloir passer tout de suite à l’action.»

 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les confidences de Guylaine Tremblay sur son enfance

Entrevue avec Debbie Lynch-White

Réinventer sa vie à 30 ans: Ariane Moffatt affronte ses peurs

 

Julie Champagne

À lire aussi

Et encore plus