Messieurs, voulez-vous plus de sexe? | Clin d'œil
/culture/quoifaire

Messieurs, voulez-vous plus de sexe?

Alors prenez note de nos astuces pour percer les secrets de la libido féminine. (Psst, les filles: ces trucs pour nos chums vont aussi changer votre vie!)

Truc no 1

Les gars, investissez dans la relation... pas dans les gadgets érotiques! «Si vous ne prenez aucune initiative au nom du couple, si vous boudez les corvées domestiques, si vous craignez de vous engager dans votre relation amoureuse, vous n’aidez pas votre cause au lit», insiste Sylvie Lavallée, sexologue clinicienne, psychothérapeute et auteure (sylvielavallee.ca). «Même si vous connaissez sur le bout des doigts les fantasmes de votre partenaire et que vous excellez sexuellement, les femmes apprécient les hommes proactifs qui s’investissent dans leur couple.» Au-delà de notre attirance pour vos fesses rebondies et vos épaules viriles, notre désir fluctue surtout en fonction de notre bien-être psychologique. On doit sentir votre soutien indéfectible, sous peine de zapper les sexo-prouesses: «En thérapie, pour raviver le désir d’un couple, il faut d’abord changer la dynamique relationnelle, explique Élise Bourque, sexologue clinicienne et psychothérapeute (elisebourquesexologue.com). La dynamique parent-enfant, où la femme commande et l’homme suit les ordres, est “antisexe” au possible! Ce dernier doit absolument prendre sa place dans l’équation conjugale.»

Truc no 2

Montrez votre affection... mais pas seulement quand vous voulez baiser! Vous ne remarquez pas nos courbes sulfureuses dans notre nouvelle robe? Vous diminuez illico vos chances de rapprochements torrides. Le moteur du désir féminin carbure aux compliments et aux éloges. En clair, il est de votre devoir de nous convaincre qu’on est aussi splendide que Gisele Bündchen. Ici, il n’est nullement question de vous transformer en sangsue dégoulinante de romantisme. Le modèle ultra-glu ne titille personne: «Prenez votre partenaire dans vos bras, même devant la famille, les amis, en public, conseille plutôt Sylvie Lavallée. Vous lui indiquez alors que vous la voyez parmi le groupe, que vous êtes présent pour elle. Ce n’est pas un gage de relations sexuelles, mais disons que vous mettez la table...» Une mise en garde s’impose toutefois. Vos délicates attentions seront vite ternies si l’on réalise que vous aviez une idée salace derrière la tête: «Les femmes flairent la supercherie et trouvent le subterfuge insultant, assure Élise Bourque. Les hommes gagneraient à donner de l’affection tout le temps, mais à plus petite dose, sans attente ni condition.»

Truc no 3

Cultivez votre masculinité... pas votre machisme! «Les femmes ont besoin de regarder leur partenaire avec admiration, explique Mme Bourque. Messieurs, continuez de pratiquer les activités qui vous plaisent: jouer au hockey, fréquenter le gym, rénover la maison, sortir avec vos amis... Cette indépendance installe une distance salutaire qui gonfle le désir de votre partenaire.» Sylvie Lavallée va dans le même sens: «Pour éviter de tomber en mode colocataires ou parents exclusifs, vous devez préserver votre identité masculine et percevoir votre partenaire non pas comme une amie ou une maman, mais comme une femme. Vous devez rester en mode de séduction, et apprendre ses goûts et ses préférences pour mieux la surprendre.»

Évitez toutefois de nous bombarder de statistiques sportives et de nous féliciter avec une vulgaire tape dans le dos. Votre virilité ne vous interdit pas de montrer vos sentiments au moyen de petits gestes qui en disent long: note coquine sur le frigo, souper en amoureux, escapade-surprise... Tout est possible! «Je me souviens d’une fois où mon conjoint est sorti dégivrer ma voiture avant même que je me réveille, évoque Sylvie Lavallée. Il l’a fait par amour, pour me faire gagner du temps, parce qu’il sait combien je déteste déglacer ma voiture. Pour une femme, c’est un geste admirable.» 

Truc no 4

Préparez le terrain... mais pas comme un bulldozer en descente! Mardi soir. Vous vous sentez d’humeur grivoise. Comment faire en sorte que votre belle soit au diapason? «Les hommes peuvent facilement séparer leur sexualité de leurs autres tracas, explique Mme Bourque. Le cerveau féminin ne fonctionne pas ainsi. Les femmes ont un seul grand tiroir. Du coup, la sollicitation directe est généralement une mauvaise idée, surtout quand la femme est préoccupée par la présentation ou le rapport budgétaire du lendemain.»   «Il faut d’abord lui permettre de libérer son esprit pour qu’elle se sente plus disposée à vouloir des rapprochements, propose Mme Lavallée. Demandez-lui si vous pouvez lui donner un coup de main.» Les sempiternels bains moussants, chandelles et massages peuvent bien sûr vous seconder dans votre périlleuse mission... à condition de les utiliser judicieusement! Si vous pétrissez notre dos vers 22 h, il y a de fortes chances pour que nos ronronnements se transforment vite en ronflements. Idem pour la bouteille de vin. Une coupe de cabernet peut effectivement fouetter nos ardeurs passionnelles. La deuxième et la troisième risquent de nous entraîner dans un semi-coma, avec les lèvres violettes et la tête qui tourne. «Le fait de prendre une douche ou un bain le soir peut favoriser la détente et nous permettre de nous sentir plus désirable, conseille Mme Bourque. Je recommande souvent aux couples qui me consultent de se mettre au lit une heure avant le temps, que ce soit pour lire, jaser, se coller... Ce n’est pas une garantie sexuelle, mais ce petit truc assure que les planètes sont bien alignées!» 

 

34 % des hommes québécois souhaiteraient augmenter la fréquence de leurs rapports sexuels.

86 % des hommes québécois affirment qu’il faut au moins une relation sexuelle par semaine.

Source: Sondage Léger Marketing réalisé auprès de 1026 hommes hétérosexuels de plus de 18 ans partout au Canada entre le 8 et le 15 septembre 2008.

 

Le geste à ne pas faire ou comment éteindre notre désir en une étape facile

Imaginez le scénario. On épluche distraitement les carottes pour le souper. Vous débarquez dans la cuisine, chaud comme la braise et passablement en rut, avec la ferme intention de tripoter notre soutien-gorge pigeonnant pour voir de quoi il retourne. Vous foncez droit au but. Comme cela. Sans crier gare. Autant vous dire la vérité crue: votre courageuse tentative n’éveillera absolument rien, si ce n’est une soudaine envie de vous émasculer avec notre économe. Dans la catégorie des avances qui vous garantissent de dormir sur le canapé du salon, les attouchements intrusifs remportent la palme haut la main: «Beaucoup d’hommes font des touchers très sexuels, en tripotant par exemple les fesses ou les seins de leur partenaire, indique Sylvie Lavallée. Cette approche est unanimement mal accueillie par la gent féminine. Même si ce sont des zones érogènes, la femme n’a pas eu le temps d’allumer son interrupteur. Elle se sent agressée.» «Pour aller en terrain inconnu, il faut être invité, ajoute la sexologue Élise Bourque. Leurrés par les films pornographiques, les hommes croient que le simple fait de tripoter les seins de leur compagne sera un gage de relations sexuelles.» À moins de se trouver en plein porno culinaire, mieux vaut préparer le terrain en douceur, avec un baiser dans le cou et des caresses sensuelles.

Le portrait du baiseur en série

Qui sont ces célibataires fringants qui embrasent la libido féminine et prennent leur pied comme d’autres changent de chaussettes? Audrey Beaulac, sexologue clinicienne et psychothérapeute depuis 13 ans, dresse le profil type du parfait Homo celibatus.

  • Il a un instinct grégaire. Il multiplie les nouvelles rencontres, pratique de nombreuses activités, court les cinq à sept et sévit en ligne, que ce soit sur les sites de rencontres ou dans les réseaux sociaux.

 

  • Il est ultra-confiant. «C’est la pierre angulaire, affirme Mme Beaulac. Les hommes célibataires qui ont le plus confiance en eux n’ont souvent aucune difficulté à assouvir leurs besoins intimes. Ils savent comment aborder la femme, comment attiser son désir pour mieux la charmer. Ils savent déstabiliser.»

 

  • Il a le sens du détail. Le beau conquérant note subtilement nos préférences pour mieux nous satisfaire, en commandant par exemple notre cocktail de prédilection sans même nous demander lequel c’est: «Le désir féminin ne passe pas par la logique, mais par les émotions, rappelle Audrey Beaulac. Si un homme réussit à nous faire sentir spéciale, il augmente son pouvoir de séduction.»

 

  • Il soigne son apparence. Sans basculer vers le type narcissique qui converse avec son miroir, s’il a du charisme et fait preuve de bon goût, il émoustillera le clan féminin.

 

  • Il maîtrise le langage non verbal. Comme il est sensible au moindre soubresaut de sa proie, l’Homo celibatus évite les gestes prématurés, les discours soporifiques et les dérapages malencontreux.

 

  • Il sait doser. Le paillasson qui bénit nos moindres faits et gestes nous titille autant qu’un tire-lait électrique. Pour fouetter nos instincts de tigresse sauvage, notre homme doit se montrer persévérant, mais jamais insistant. «La femme est plus chasseuse aujourd’hui, indique Mme Beaulac. Quand un homme fait les premiers pas pour ensuite créer une petite distance, par exemple en allant voir ses amis au bar, il éveille judicieusement le désir et alimente la tension sexuelle.»

À lire aussi

Et encore plus