Lingerie Simone Pérèle: rencontre avec Katia Charle, directrice artistique | Clin d'œil
/fashion/trends

Lingerie Simone Pérèle: rencontre avec Katia Charle, directrice artistique

Fondée en 1948, la maison de lingerie Simone Pérèle est encore aujourd’hui une affaire de famille. La directrice artistique, Katia Charle, travaille fort pour conserver l’esprit de la marque depuis plus de 20 ans

 

 
La femme Simone Pérèle
«Elle est d’abord très élégante! J’adore ce mot puisqu’il peut avoir  plusieurs significations. Il peut refléter l’audace tout comme la modernité.  C’est aussi une femme qui a un petit grain de folie à l’occasion,  mais surtout qui a des valeurs et qui est dans l’air du temps.»
 
La signature de la marque 
«On a un énorme souci du détail, mais, plus que tout, on est à l’écoute  des femmes. À l’intérieur d’une même ligne, on peut habiller une multitude  d’entre elles tout en ayant ce désir de leur apporter un maximum  de confiance. À mon avis, une femme n’est jamais plus sexy
que quand elle se sent bien.»
 
Une expérience sensorielle
«Quand on touche du satin ou du velours, il s’en dégage une sensualité  et une féminité qui me parle beaucoup. Créer de la lingerie, c’est  un art inépuisable. On pourrait en créer autant qu’il y a de femmes sur  cette terre. Peut-être que c’est moi qui suis old fashioned, mais  encore aujourd’hui j’éprouve du plaisir à dessiner avec un papier et un  crayon. C’est une étape de la création très importante pour moi.»
 
Un travail acharné
«Pour faire une collection de quatre nouvelles lignes d’environ 10 produits  chacune, je crée environ 300 prototypes. Le processus de création  global s’étend sur une période de 18 à 24 mois. Il faut dire que,  pour un seul soutien-gorge, on travaille avec 15 à 20 fournisseurs
différents et, comme on tient à faire la mise au point du produit sur de  vraies femmes, on prend beaucoup de temps à cette étape.»
 
La quintessence parisienne
«Pour la collection automne-hiver, mon inspiration provient des hauts  lieux du shopping parisien et de monuments qui me touchent  profondément.  Par exemple, pour la ligne Kiss, je me suis inspirée de la  coupole du Printemps et de celle des Galeries Lafayette, tandis que  pour la ligne Haute Couture, j’ai fait référence à la tour Eiffel et au  smoking d’Yves Saint Laurent.»
 
 
Soutien-gorge et culotte (nylon, élasthanne, polyester), 139 $ et 79 $,  simone-perele.com
 
 
 
Erika Tremblay

À lire aussi

Et encore plus