L'homme que je suis | Clin d'œil
/culture/quoifaire

L'homme que je suis

La pression qu'il y a dans mon métier m'inspire encore, mes collègues et patrons ont confiance en moi, et le public me suit dans ma folie. Ma santé est solide. Elle me permet d'avancer dans la vie avec le sourire et même de «scorer» deux ou trois buts par semaine au hockey avec les boys. Et puis, mes enfants sont beaux et m'émerveillent tous les jours; ils ont plein de rêves et me donnent de l'énergie chaque matin.

Mais celle à qui je dois ce bonheur, celle qui me pousse, qui me soutient, qui me procure du bien-être, c'est ma blonde. J'ai eu la chance de monter quelques fois sur la scène, devant tout le Québec, pour recevoir un trophée que le public ou mes pairs m'offraient. Je n'ai jamais voulu remercier ma blonde sur ces planches. J'étais trop timide ou trop ému, j'avais peur d'avoir l'air ridicule ou quétaine... Allez savoir! Je lui faisais part de ma gratitude en privé, dans la voiture après le party ou au lit, mais ça, ce n'est pas de vos affaires!

Alors voilà, chères lectrices de Clin d'oeil: j'ai décidé que vous seriez les premiers témoins de mon «merci» public à celle qui, depuis 22 ans, partage ma vie. Voici mon «coming out»:

Martine, Voilà plus de deux décennies que nous sommes collés l'un à l'autre et que nous avançons dans cette vie trépidante que nous impose notre métier. Un métier incertain. C'est aussi pourquoi notre vie privée a tellement de sens, de valeur, et nous ressource d'une façon essentielle. L'attention que tu me prêtes lors de ces précieux moments, ton rire, ta beauté, ta passion, ta sensualité, tes fesses, tes seins, tes yeux, tes mains, ton impatience, ta générosité et ton amitié ont fait de moi celui que je suis. Tu es belle dans ta fougue, et j'ai envie de vieillir avec toi. Veux-tu que je sois collé à toi encore longtemps?

Il y a 15 ans, tu m'as fait le plus grand cadeau, l'ultime geste d'amour: tu m'as fait père d'un garçon. Et, histoire de m'achever, tu as remis ça quelques années plus tard en mettant au monde notre fille. Je revois souvent des images des nuits de ces naissances, qui sont toujours fraîches dans ma mémoire. Rien au monde ne pourra égaler ce que j'ai ressenti lorsque je t'ai vue donner la vie.

Je suis heureux à tes côtés et fier de te tenir la main. Comme un gamin, j'ai encore envie de crier dans la rue: «C'est moi qu'elle a choisi!» Grâce à ce que tu es, je suis devenu celui que je suis aujourd'hui. Tu as fait de moi un amant, un amoureux, un père. Tu as fait de moi un homme.

Merci!

À lire aussi

Et encore plus