Les 5 designers à surveiller au Québec | Clin d'œil
/fashion/trends

Les 5 designers à surveiller au Québec

Ce n'est pas un secret, l'avenir mode de Montréal est assuré! Mais qui sont les designers qu'il faut surveiller? Nous avons choisi de vous présenter cinq noms qui reflètent parfaitement le talent et le pluralisme de notre ville. Rencontres...

Barilà

Sabrina Barilà est née entourée de machines à coudre et c'est justement dans le sous-sol de la maison parentale qu'elle a lancée sa propre ligne de vêtements, quelques temps après avoir graduée de l'Académie Internationale du Design et de Technologie. Mais c'est en 2007, quand sa soeur Claudia a décidé d'investir avec elle, que Barilà est véritablement née.


Sabrina et Claudia Barilà

Comment c'est de travailler avec sa soeur?
C'est très bien mais ça peut aussi aller très mal... On est des soeurs donc ça veut dire qu'on se chicane, mais ça veut aussi dire qu'on se réconciliera toujours, ce qui ne serait pas nécessairement le cas avec un autre associé. J'ai une entière confiance en elle!

Quel est ton plus grand rêve pour Barilà?
Je ne veux pas me limiter à Montréal et au Québec, je veux faire comme Céline Dion et réussir partout ailleurs. J'ai envie d'être partout et d'avoir des chaussures, des accessoires, des parfums... Mon rêve c'est que Barilà soit une marque reconnue à l'échelle internationale.

Quelle a été l'inspiration pour ta collection P-É 2010?
Je suis retournée à l'époque de l'après-guerre, alors que le monde sortait de la noirceur et j'ai appliqué cette ambiance à ma collection. En cette période de récession, j'ai voulu amener un vent de fraîcheur avec une collection colorée et ultra-féminine.

Barilà, P-É 2010
©Richard Bernardin

Qui est la femme qui s'habille en Barilà?
C'est une femme qui a confiance en elle, qui ne prend pas trop la vie au sérieux et qui aime se démarquer sans trop faire d'efforts.

3 mots pour te décrire?
Fofolle, pétillante, sensible.

Ton designer préféré?
J'aime beaucoup Hannah MacGibbon, la nouvelle designer de Chloé, Phoebe Philo, Phillip Lim ou encore Stefano Pilati chez Yves Saint Laurent.

Le coup de coeur de Sabrina
©Richard Bernardin

Quelle célébrité aimerais-tu habiller?
Eva Mendes, Lou Doillon, Alexa Chung... en autant que ce ne soit pas Paris Hilton!

Ton coup de coeur de la prochaine saison?
La combipantalon fluide d'aspect cuir ornée de volants à la poitrine. Je la trouve spectaculaire!

Info: Barilà












Travis Taddeo

Travis Taddeo
©Martin Rondeau

Travis Taddeo est né à Calgary, d'un père italien et d'une mère australienne. Il a déménagé à Montréal à 21 ans et a fait deux ans d'études en commercialisation de la mode et trois ans en design de mode masculine au Collège Lasalle. Moins d'un an après avoir gradué (en 2007), il a lancé sa collection éponyme de vêtements féminins et masculins et en octobre 2008, il défilait déjà à la Semaine de Mode de Montréal.


Pourquoi avoir choisi Montréal?
À Calgary, tous les gens cool parlaient de Montréal comme LA ville mode du Canada, j'ai donc décidé d'y aller... même si je n'avais jamais visité la ville! Et je suis tellement heureux d'avoir pris cette décision. J'adore les gens, la culture et le fait qu'on peut être un individu ici. Montréal a mon coeur!

Comment perçois-tu le milieu de la mode à Montréal?
C'est un milieu qui grandit et qui est rempli de talent incroyable mais qui reste malheureusement trop local. En fait, Montréal a exactement ce qui manque à Toronto : la créativité et l'originalité, et Toronto a exactement ce qui manque à Montréal : l'argent et les médias. Au lieu de compétitionner l'une contre l'autre, je crois que les deux villes devraient s'unir et créer une seule semaine de mode. L'automne pourrait être présenté à Montréal et le printemps, à Toronto...

Travis Taddeo, P-É 2010

Quelle a été l'inspiration pour ta collection P-É 2010?
J'ai appelé ma collection Vive la révolution! parce que je pense qu'il est temps pour la mode canadienne de changer et d'avoir une plus grande notoriété.

Qui est la femme qui s'habille en Travis Taddeo?
C'est une femme forte et indépendante qui n'a pas peur d'essayer de nouvelles choses et d'attirer l'attention. Elle ose!

3 mots pour te décrire?
Résilient, rapide et impatient.

Le coup de coeur de Travis

Ton designer préféré?
Helmut Lang et Calvin Klein, pour leur simplicité de construction; Dolce & Gabbana puis Versace, pour leur glamour italien; Alexander Wang, Complex Geometries et Brian Lichtenberg, pour leur streetwear inventif.

Quelle célébrité aimerais-tu habiller?
La princesse Diana, si elle était encore vivante. C'était une femme incroyable!

Ton coup de coeur de la prochaine saison?
Le short et le bustier en cuir portés avec la veste en fourrure d'agneau mongolien.



La boutique en ligne Travis Taddeo ouvre en début décembre 2009. travistaddeo.com










Dimitri Chris

Dimitri Chris
©Saad Al-Hakkak

Dimitri Chris a grandi «dans les retailles»! Sa maman était couturière et il a découvert très jeune sa passion pour le vêtement. Malgré cela, il a terminé son bac en psychoéducation avant de s'inscrire, dès le lendemain (!), à l'Académie de la Mode et du Design. Depuis, il a été acheteur, conseiller et designer pour différentes entreprises avant de lancer UR IMIJ, sa boutique de confection masculine sur mesure et enfin, sa ligne éponyme de prêt-à-porter masculin.


Pourquoi as-tu choisi la mode masculine?
À la base, c'est une raison purement égoïste... Comme je suis petit de taille, j'ai toujours eu de la difficulté à trouver des vêtements et quand j'en trouvais, j'en avais pour des heures d'altérations. J'ai donc voulu offrir une nouvelle alternative aux hommes.

Comment perçois-tu le milieu de la mode à Montréal?
Je crois qu'au niveau du talent et de la créativité, Montréal est un bassin mode extraordinaire mais malheureusement, on ne se vend pas bien. Ce qui est complètement l'inverse de Toronto, qui n'a pas notre talent mais qui sait exactement comment utiliser les médias. Pour changer les choses, il faut arrêter d'avoir une vision locale et viser les nouveaux médias. C'est ce qui va nous ouvrir des portes à l'international.

DIMITRICHRIS, P-É 2010
©Jimmy Hamelin

Quelle a été l'inspiration pour ta collection P-É 2010?
En juin dernier, j'ai pris congé pour célébrer la première vraie journée d'été en allant au parc près de chez moi. Une fois sur place, j'ai été captivé par le mélange des jeunes skaters et des autres passants au look plutôt bourgeois. C'est ce qui a inspiré ma dernière collection, la rencontre entre ces deux mondes.

Qui est l'homme qui s'habille en DIMITRICHRIS?
Il n'a pas d'âge. Il aime vivre et se démarquer des autres. C'est un homme qui s'exprime à travers sa façon de s'habiller.

3 mots pour te décrire?
Fragile mais fort, rêveur et esthétique.

Le coup de coeur de Dimitri
©Jimmy Hamelin

Ton designer préféré?
J'en ai plein! En ce moment, j'adore Givenchy mais il y a Prada, pour son sens excentrique dans le stylisme et le choix de ses matières; Bottega Veneta, pour son intemporalité; Neil Barrett, pour sa constance et parce qu'il ne suit pas les tendances... je pourrais continuer pendant très longtemps.

Quelle célébrité aimerais-tu habiller?
Pierce Brosnan, pour son élégance et sa masculinité; Jude Law, pour son côté « je porte ce que je veux et je m'en fous » et Ryan Gosling, pour son côté homme et gamin à la fois.

Ton coup de coeur de la prochaine saison?
Le poncho, qui va devenir un classique dans mes collections.


Info: DIMITRCHRIS DISPONIBLE chez UR IMIJ








Anastasia Lomonova

Anastasia Lomonova

Anastasia Lomonova est née en Ukraine et a vécu à Chypre avant de déménager avec sa famille à Toronto, où elle a étudié à la prestigieuse Université Ryerson. En 2004, elle part pour Montréal et lance sa ligne éponyme à peine deux ans plus tard.


Pourquoi avoir choisi Montréal?
Quand j'étais au secondaire, j'ai fait un voyage scolaire à Montréal et je suis complètement tombée amoureuse de la ville. J'aimais son côté artistique et européen et je savais que c'était le seul endroit que je ne voudrais jamais quitter. Et je n'ai jamais, ne serait-ce qu'une seconde, regretté mon choix.

Comment perçois-tu le milieu de la mode à Montréal?
Je pense que Montréal est une ville très stimulante pour les designers à cause de son ouverture d'esprit et de son vibe artistique mais je pense aussi qu'elle doit s'ouvrir davantage au reste du monde. La ville doit soutenir ses designers qui ont le potentiel de réussir à l'international.

Anastasia Lomonova, P-É 2010

Est-ce qu'on peut vivre en tant que designer à Montréal?
Les deux premières années, non, je divisais mon temps entre l'atelier et un bar où je travaillais à temps partiel. C'est seulement depuis cette année que je peux en vivre, mais seulement parce que je fais une grande partie du travail que les designers donnent normalement à d'autres.

Qui est la femme qui s'habille en Anastasia Lomonova?
C'est une femme ultra-féminine qui a une vie sociale importante, qui a beaucoup de goût et qui aime être sexy, sans être ostentatoire. Élégante et sexy, définitivement!

3 mots pour te décrire?
Spontanée, ambitieuse et romantique.

Le coup de coeur d'Anastasia

Ton designer préféré?
Victor & Rolf! À chacune de leur collection, j'ai le souffle coupé!

Quelle célébrité aimerais-tu habiller?
Dita Von Teese. Elle est l'exemple parfait de la femme ultra-sexy mais jamais vulgaire.

Ton coup de coeur de la prochaine saison?
La maxi-robe Miami.

Info: Anastasia Lomonova










Charlotte Hosten

Charlotte Hosten
©Bruno Petrozza

Le vrai nom de Charlotte Hosten est Charlotte Beauduin, mais elle a choisi d'utiliser le nom de sa grand-mère maternelle, qui est née presque exactement 100 ans avant le lancement de sa ligne de bijoux en 2008! D'origine belge, elle vit au Québec depuis maintenant 15 ans. C'est au secondaire qu'elle a eu la piqûre des bijoux mais sa peur de suivre la voie artistique l'a conduite dans le domaine du droit. Après avoir terminé son bac, elle a dû se rendre à l'évidence que sa passion était vraiment les bijoux et elle a travaillé pendant quelques mois chez Renée Lévesque avant de lancer sa propre collection de colliers avec l'aide de son associée et amie Gabrielle Vaugeois.


C'est important de bien s'entourer pour réussir?
C'est même essentiel... car tu ne peux réussir en développant uniquement ton côté artistique, la dimension marketing est fondamentale et c'est ce qu'apporte Gabrielle. En plus, quand on est en équipe, on se sent automatiquement plus fort!

Est-ce qu'on peut vivre en tant que designer à Montréal?
Je ne sais pas mais je vais m'organiser pour que ça fonctionne car je ne peux rien faire d'autre! Pour le moment, j'ai un petit appartement à loyer modique, j'essaye de ne pas dépenser pour les sorties et les vêtements et je travaille à temps partiel.

©Bruno Petrozza

As-tu un processus de création défini?
L'accessoire a l'avantage d'être moins attribué aux saisons donc je crée tout le temps. La plupart du temps, je vais être inspirée par un matériau et je vais directement l'utiliser; sur un buste de mannequin, je vais faire différents montages avec ce tissu et d'autres perles et breloques jusqu'à ce que je sois satisfaite. Je fais parfois des croquis, mais je préfère travailler avec la matière.

Qui est la femme qui porte les colliers Charlotte Hosten?
C'est une femme qui ose, qui n'a pas peur du regard des autres et qui est bien dans sa peau.

3 mots pour te décrire?
Rêveuse, idéaliste et hippie!

Le coup de coeur de Charlotte

Ton designer préféré?
La personne qui m'inspire le plus pour son talent est définitivement Karl Lagerfeld mais j'aime aussi Jean-Paul Gaultier.

Quelle célébrité aimerais-tu bijouter?
Charlotte Gainsbourg et Michelle Obama.

Quel est ton coup de coeur en ce moment?
C'est un collier que j'ai fait à partir de chutes de tissus de saris indiens, de clochettes et de cristaux Swarovski.

Info: Charlotte Hosten

À lire aussi

Et encore plus