L’entraînement, c’est jouissif et aussi gênant | Clin d'œil
/culture/quoifaire

L’entraînement, c’est jouissif et aussi gênant

Vous avez pris la résolution de vous remettre en forme? Au lieu de vous présenter les meilleures façons de s’entraîner ou les bienfaits de l’exercice physique, on se concentre plutôt sur la joie que procure l’entraînement. Le kinésiologue et entraîneur privé Dino Masson nous explique pourquoi l’entraînement, c’est parfois jouissif, parfois gênant.

Image principale de l'article L’entraînement, c’est jouissif et aussi gênant

Nul besoin de se le répéter, l’activité physique procure tous les bienfaits qu’une femme peut désirer pour son corps. Des fesses fermes, des épaules à la Michelle Obama, une posture qui montre une assurance exemplaire, un cœur qui nous permet de suivre notre copain dans ses aventures essoufflantes... les exemples sont nombreux.

Par contre, l’entraînement au gym peut aussi créer des situations gênantes, et nous ne parlons pas ici d’un environnement visuel désagréable dans les vestiaires. Oh! surprise, s’occuper de son bien-être en s’entraînant provoque aussi le plaisir des sens.

Parfois, exécuter des exercices à toute vapeur crée des situations cocasses ou gênantes pour mes clientes.

Jouir pendant son entraînement!

Ce n’est pas un mythe, les femmes jouissent pendant leur entraînement! Si cela est déjà arrivé pendant une des séances que je dirigeais, je ne me suis rendu compte de rien. Peut-être que les lèvres de ma cliente se sont resserrées quelque peu, mais j’ai cru que cette réaction était une réponse normale à l’effort.

Beaucoup de femmes ont un orgasme pendant leur séance d’exercice. Une cliente m’a déjà raconté: «Lorsque j’ai fini la troisième série de 15 répétitions, si j’y ajoute quelques répétitions, il m’arrive d’avoir un orgasme! Et, croyez-moi, personne ne s’en rend compte.»

Une autre mentionne: «Lorsque j’exécute des abdominaux sur la chaise romaine (un appareil qui permet au dos d’être appuyé, aux avant-bras d’être posés sur des coussins et aux jambes de rester dans le vide), le bas de mon dos est cambré. Lorsque je lève les genoux, je ressens le meilleur des coregasms

Eh oui, en anglais, il existe un terme pour qualifier ce type d’orgasme, c’est le coregasm. La traduction libre en français est l’«abdogasme».

En effet, certains exercices solliciteraient la région pubienne et exciterait le clitoris plus que d’autres. Surtout les exercices renforçant les abdominaux pendant lesquels on relève les jambes vers le haut. En serrant les genoux, il est possible de se donner des sensations plus qu’agréables.

Ainsi, les séances très intenses de cardiovélo provoquent de superbes effets dans le bas-ventre. On sait maintenant pourquoi cette activité est si populaire auprès des femmes!

Mesdames, n’hésitez plus, vous avez LA meilleure raison au monde de faire de l’exercice!

Une flatulence impétueuse

Il peut parfois être difficile de contrôler les expulsions de gaz qui se préparent dans notre estomac... Alors quand, au sol, les exercices abdominaux battent leur plein, les contractions augmentent, la concentration est au maximum, les muscles du visage se crispent, à un moment donné, incapable de se retenir, une vibrante flatulence se mélange à l’ambiance de musique pop et d’efforts effrénés. Quelle situation embarrassante!

En tant que kinésiologue, le silence est de mise. Pendant une séance, si cela arrive à un client, nous en rions et passons à autre chose. Si une femme laisse échapper une flatulence en compagnie d’un kinésiologue masculin, on fait comme si de rien n’était et on poursuit la séance sans le mentionner. Comme dans un film d’espionnage, ce n’est jamais arrivé!

Dino Masson, B.Sc., kinésiologue (www.deanthemean.com)

À lire aussi

Et encore plus