El Gran Continental: toute une expérience! | Clin d'œil
/culture/quoifaire

El Gran Continental: toute une expérience!

Le 4 novembre prochain, je réaliserai tout un défi.: danser dans El Gran Continental de Sylvain Emard. Le but? Démocratiser la danse et mettre de l’avant des danseurs non-professionnels. Mettant en vedette certains artistes québécois et animé par Herby Moreau, nous serons des dizaines de danseurs ensemble! Tout ceci est possible grâce à la patience du chorégraphe Sylvain Emard! Avant le spectacle, je me permets de vous raconter les préparatifs.

Image principale de l'article El Gran Continental: toute une expérience!

Mon coeur palpite. Je pitonne pour payer mon parcomètre avant de pousser la portière. Maladroite, je laisse s’émietter sur le sol le contenu de mon sac à main qui roule sous la voiture. J’empoigne mes effets, les cheveux frémissant sur mes yeux. Je me redresse. Je souffle. Cela fait longtemps que je n’ai pas ressenti cette fébrilité ! 

 

Répéter un spectacle de danse sous la direction de Sylvain Émard, cela n’arrive pas souvent dans une vie. Quand même.  Chef de file de la danse contemporaine au Canada, chorégraphe depuis plus de 25 ans ayant dansé entre autres avec Jean-Pierre Perreault pendant 12 ans ; collaborateur de Robert Lepage notamment à Londres et Milan, des spectacles acclamés sur la scène internationale ; c’est une figure incontournable de la danse qui m’accueille en toute simplicité dans un studio de danse du Circuit-Est centre chorégraphique. rue St-André, à Montréal.

 

« As-tu vu le spectacle Le Grand Continental  au Festival TransAmérique?» me demande-t-il. Confession. Non! Je me souviens néanmoins des échos positifs de cet événement de danse de rue unique au monde.  Et les mots qui m’étaient restés en tête : « danseurs non-professionnels » et « danse en ligne » !

 

C’est ce qui est à la base du Grand Continental conçu par Sylvain Émard.  Rassembler des gens de disciplines diverses qui aiment danser et relever le défi de mémoriser des chorégraphies de danse en ligne plus contemporaines, créatives, parfois théâtrales.

 

Moi en train de danser. Crédit: Jean-Benoit Cyr 

 

Pour la soirée-bénéfice de la compagnie Sylvain Émard Danse du 4 novembre 2013, une trentaine de personnes de la communauté artistique et du milieu des affaires, dont moi, ont accepté de prêter leur corps à la danse pour un spectacle de 20 minutes bien ficelé. Au programme pour cette 3e édition, une version latine du spectacle Le Grand Continental, clin d’œil au El Gran Continental monté récemment à Mexico. 

 

« C’est intéressant de voir les gens d'autres milieux travailler avec le langage du corps pour la première fois. Contrairement aux danseurs professionnels, qui sont avancés dès la première répétition, les non-professionnels  progressent beaucoup du début des répétitions jusqu’à la fin», confie Sylvain Émard. 

 

Danielle Proulx et Lorraine Pintal en action ! Crédit: Jean-Benoit Cyr 

 

La répétition

 

1-2-3-4-5-6-7-8 ! « Alors on répète? » lance la comédienne Anne-Marie Cadieux « Let’s do it ! » rit-elle. « Mais de quel coté on tourne après les pas militaires ? s’interroge Alain Dassylva, chargé de projets chez Musique Plus. Entre deux séquences de danse, Sylvain Émard interrompt le brouhaha. « Est-ce qu’il y a des questions ? » lance-t-il ferme et patient à la fois  -«Oui ! Est-ce qu’on peut lâcher ? » blague la comédienne Linda Sorgini

 

Si l’expérience est avant tout agréable, l’apprentissage est sérieux et l’engagement, réel.  Et je l’ai vite réalisé! En ligne, on est tous un petit peu responsable du jeu de dominos qui risque de s’effondrer derrière soi, si par erreur on baisse les bras au lieu de les lever! Il faut se mettre au diapason des autres. On fait partie d’une masse qui bouge et quand ça fonctionne, c’est magique !

 

Crédit: Jean-Benoit Cyr 

 

« J’ai fait le spectacle l’an passé et j’étais terrorisée. J’avais du mal à abandonner mon corps dans la danse alors que ma tête tournait à 100 milles à l’heure pour mémoriser les pas en peu de temps. La musique, comme guide, m’a sauvée», explique la comédienne Nathalie Coupal. 

 

« On va y arriver, même si je n’y croyais pas au début. Hier, j’ai dansé toute la nuit. J’avais la musique en boucle dans la tête. Je me suis levée fatiguée. J’avais même mal aux mollets! » s’esclaffe Linda Sorgini.

 

L’expérience

 

Le public peut s’attendre à quoi ? «C’est l’événement-bénéfice le plus dynamique que je connaisse. Les spectateurs ne sont pas là pour nous juger. Voir danser un avocat aux côtés d’une comédienne qui est à côté d’un directeur de compte ou d’un comptable, c’est un doux mélange assez exceptionnel » observe Arnaud Granata, directeur des contenus chez Infopresse, aussi de la distribution cette année.

 

Arnaud Granata Crédit: Jean-Benoit Cyr 

 

«  J’ai déjà vu des gens pleurer tellement ils étaient émus de voir ce groupe de gens si différents les uns des autres, se retrouver à danser à l’unisson », complète Sylvain Émard, les yeux brillants.

 

Pssitt !

Bonne nouvelle. Tous les billets pour l’événement-bénéfice du 4 novembre sont vendus! 

 

Pssit psssit ! Il reste des places pour assister à la répétition générale publique, le dimanche 3 novembre à 16h, au Circuit-Est centre chorégraphique, 2022 Rue Sherbrooke Est. Pour plus de détails, on passe par ici.

 

Pssit Pssit Pssit !

Il y a aussi un séduisant numéro de danse des 2 coprésidents d’honneur de la soirée, la comédienne Danielle Proulx et l’architecte Oscar Ramirez...

 

Anne-Marie Cadieux Crédit: Jean-Benoit Cyr 

 

Crédit: Jean-Benoit Cyr 

Isabelle Marjorie Tremblay

À lire aussi

Et encore plus