Chronique parisienne: La cuisine de rue débarque à Paris | Clin d'œil
/culture/quoifaire

Chronique parisienne: La cuisine de rue débarque à Paris

Quand on me parle de gastronomie française et parisienne, les images se multiplient dans ma tête. Je pense inévitablement au foie gras, au cassoulet, aux chefs étoilés, aux bistrots français, au tartare, etc. Quand j’ai appris que la bouffe «tombée» des camions avait fait son entrée à Paris, j’avais peine à croire que ce concept de restauration rapide et populaire puisse se tailler une place dans la capitale de la gastronomie, et ce, avant même que ce concept nord-américain ne soit établi à Montréal.

Image principale de l'article Chronique parisienne: La cuisine de rue débarque à Paris

Depuis environ un an, Paris a emboîté le pas en ouvrant la porte à ce phénomène populaire maintenant bien ancré dans les mœurs des Californiens, des New-Yorkais et des Texans cool de Austin. Je l’ai constaté un matin lorsque je me suis engagée sur la rue du petit marché qui longe l’église, à la place de la Madeleine.  Les gens arrivaient par vingtaines, s’agitant et se dirigeant à la hâte vers une cantine mobile. Même de loin, je pouvais apercevoir de jeunes parisiens bien mis, serrés les uns contre les autres et faisant le pied de grue pour goûter à cette cuisine ambulante. Phénomène encore plus surprenant, certains étaient même prêts à patienter jusqu’à une heure (au risque de revenir bredouilles pour cause d’épuisement de stock), dans l’espoir de mettre la main sur un... burger à l’américaine! Parce que l’essentiel de la cuisine de rue parisienne se résume, pour le moment du moins, à des burgers et à des frites.

Jérome Pinel

À lire aussi

Et encore plus