Marilyne Léonard, en pleine ascension | Clin d'œil
/homepage

Marilyne Léonard, en pleine ascension

Image principale de l'article Marilyne Léonard, en pleine ascension
Mia Kalille

Talentueuse, décontractée, unique... Marilyne Léonard, qu'on a vue à La Voix, a tôt fait de signer avec Audiogram pour nous présenter son premier effort, Vie d'ange. Jasette avec l'artiste de 21 ans avant qu'elle embarque pour la première partie de M en Europe, tout en mettant la touche finale à son album à venir au printemps.

Vie d’ange a reçu un accueil très chaleureux. Quel a été ton plus grand apprentissage dans le processus?

Comme c’est mon premier album, j’avais peu d’attentes. J’ai été contente de la réception: les médias en ont beaucoup parlé, et je ne suis pas passée inaperçue du côté du public. Je voulais être la plus solide possible, tout en étant consciente que je me cherche encore, à mon âge... Et je pense que cette quête fera toujours partie de mon parcours. Quand on commence, tout le monde essaie de nous montrer la direction à prendre. À travers ce chemin, j’ai appris à me faire confiance. J’ai dû me recentrer sur moi-même, sur ce que je voulais. En coréalisant la moitié de l’album, j’ai tout de suite senti que j’aimais encore plus mon son. La priorité est de s’écouter, je pense. 

Il faut croire que ç’a porté ses fruits, puisque tu te prépares pour une tournée européenne, qui comprend la première partie de M, alias Matthieu Chedid...

J’étais tellement contente en recevant l’invitation et si fière d’être rendue à ce point de ma carrière! C’est fou d’avoir cette chance! Mon équipe m’a raconté que M prend vraiment le temps de choisir les artistes qui assurent sa première partie. Je respecte vraiment ça, je trouve ça cool de sa part. Comment entrevois-tu ton passage en Europe? J’y ai déjà fait de la promo pour Vie d’ange, mais ce sera ma première expérience de scène. J’ai bien hâte, moi qui suis habituée au public de tous âges des festivals. Pour l’instant, j’y pense peu, vu que je suis plongée dans la création de mon nouvel album. 

Vas-tu dans la même direction que Vie d’ange?

Le style de mon nouveau single, C’est ma lady, est différent. J’ai essayé de casser un peu la forme. Je dirais que c’est du pop-rock alternatif. Dans le bridge, c’est même un son plus trap. 

C’est l’idée de l’album, en fait: approfondir les chansons pour qu’elles aient plusieurs couleurs. Le tout va être plus tough, moins propre. Vu que je réalise seule et que j’enregistre chez moi, je me permets d’aller plus loin. Comme pour Vie d’ange, c’est l’authenticité qui prime. Ça parle de ma vie, des patterns de relations, des histoires d’enfance, du sentiment de décevoir... 

Justement, comment fais-tu pour gérer la pression, qui peut prendre beaucoup de place en début de carrière?

En tant qu’anxieuse, je m’impose souvent une forte pression. Je ne suis pas stressée par ma carrière. Ce qui me stresse plus, c’est l’idée d’aller plus loin, de créer chaque fois une meilleure chanson. J’essaie de me parler, de profiter du présent. Ce qui est positif, par contre, c’est que j’ai sans cesse envie de me surpasser. Je me souhaite de toujours m’améliorer, de continuer à apprendre et de ne pas stagner.

Maryline Léonard prévoit sortir son deuxième album au printemps 2023 chez Audiogram. Cette entrevue a été réalisée en collaboration avec le magazine Clin d'oeil

Découvrez les coups de coeur de Marilyne Léonard:

À LIRE AUSSI:

• À lire aussi: «Miserere»: 25 ans après le foudroyant succès de Bruno Pelletier

• À lire aussi: La fabrique de monstres: des créatures humaines

• À lire aussi: Sword: sans attente

À lire aussi

Et encore plus