«Je n'ai aucune envie de retourner au bureau»: Je fais quoi? | Clin d'œil
/society/psycho

«Je n'ai aucune envie de retourner au bureau»: Je fais quoi?

Image principale de l'article «Je n'ai aucune envie de retourner au bureau»
via Unsplash

Aaaahhh! La joie — que dis-je, l’extase! — de se lever aux aurores, d’avaler à la course un café froid, puis de rater le bus avant de regagner un open space sans fenêtre! Sans compter le bonheur d’être coincée entre un collègue motivé qui parle plus fort que Stefano et une autre qui trippe un peu trop sur sa recette de ragoût de poisson. Et que dire de votre patronne qui, pour un oui pour un non, crie votre prénom de son corner office. Bonjour, l’ambiance!

Heureusement, chère Amélie, ce n’est pas la vie qui vous attend. Bien au contraire. Depuis trois ans, vous faites partie d’une agence numérique qui a le vent dans les voiles. À 28 ans, vous avez de bonnes conditions de travail et vous aimez ce que vous faites. Pourtant, vous redoutez terriblement le retour au bureau, vous qui auriez pourtant tout donné pour travailler en présentiel, au début de la crise.

via Unsplash

Puis, comme vous me l’expliquez, vous avez pris goût au boulot à distance. «Maintenant, j’aime ça, gérer mon horaire. C’est calme chez moi, ça fait que je travaille mieux et plus vite. C’est tellement stimulant! Comme j’ai plus de temps, je fais du yoga le matin et je suis une formation en gestion des réseaux sociaux le soir. Je mange mieux aussi. J’ai troqué la poutine contre des bols de poké maison. Bref, j’ai trouvé l’équilibre, et ça ne me tente pas de le perdre!» 

via Unsplash

Comme je vous comprends! Cela dit, une chose me saute aux yeux en vous lisant. C’est fou que vous n’évoquiez même pas l’envie de retrouver vos collègues! Comme si vous aviez tellement misé sur votre efficacité au boulot que vous avez perdu de vue l’importance des contacts humains. Vous avez beau vous féliciter d’être super performante et d’optimiser votre temps, eh bien, vous n’êtes pas une machine! Plus encore, le véritable équilibre se nourrit aussi de jasettes autour de la machine à café. Et non, celles-ci ne riment pas avec perte de temps! Peu importe que ces conversations semblent banales, on ne sait jamais quand un mot, une information ou un encouragement nous donnera l’élan pour nous dépasser ou pour tenir le coup quand ça va moins bien.

via Unsplash

Vous savez quoi? Je vous soupçonne d’avoir peur de ne pas savoir comment renouer avec votre gang. C’est normal. Après tout, les deux dernières années nous ont transformés. Il est également possible que vous ressentiez du stress, voire de l’anxiété à l’idée de multiplier les interactions. Que faire? Un, respirez à fond. Deux, faites signe en privé à vos collègues les plus proches avant le jour J (vous n’êtes sûrement pas la seule à appréhender le retour à la normalité). Trois, dites-vous que le mode hybride vous permettra d’apprivoiser ce changement. Quatre, formez un club de Réticents anonymes s’il le faut! Cinq, troquez votre linge mou contre une tenue qui vous donne de l’aplomb. Quant à votre yoga, vos bols de poké et vos cours, ne les lâchez pas! Vous pouvez tout faire. Car si le boulot à distance vous a appris quelque chose sur vous-même, c’est que vous êtes devenue une pro de la gestion de votre temps.

À VOIR: Clin d'œil: Behind the Scene, Martha Wainwright  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus