Coco Labbée: l’étoile montante de la mode québécoise qui a fait de son alopécie un atout | Clin d'œil
/fashion/reportages

Coco Labbée: l’étoile montante de la mode québécoise qui a fait de son alopécie un atout

À 24 ans, cette mannequin québécoise a fait de son alopécie un atout. Nouveau visage de l’agence Chantale Nadeau, elle est également représentée par l’agence montréalaise Humankind. En mars dernier, elle a été choisie pour le défilé de Rick Owens lors de la Semaine de la mode de Paris.

Gros plan sur cette étoile montante dont l’ambition dépasse les frontières de la mode.  

Que retenez-vous de votre passage à la Semaine de la mode de Paris? À quel point est-ce énergisant?   

Courir de casting en casting était exigeant, mais l’énergie de la ville et de ce tourbillon d’événements est contagieuse. Les gens que j’y ai rencontrés étaient tous accueillants et bienveillants! Après ces deux dernières années, je réalise encore plus la chance que j’ai d’évoluer dans une industrie créative qui permet de créer des liens avec les autres, à travers une passion commune.

Quelle est la dernière chose qui vous a émue?   

Les messages que j’ai reçus à la suite de mon passage à Salut Bonjour. Je crois que de voir une personne atteinte d’alopécie passer à la télé a non seulement beaucoup touché ceux qui vivent avec cette condition, mais également ceux qui travaillent à accepter leurs petites différences. Je trouve beau de voir que les standards de beauté traditionnels s’effacent pour faire tranquillement place à un monde plus inclusif où la différence est non seulement acceptée, mais célébrée!

s

Avez-vous un rêve? Et si oui, lequel?   

Mon plus grand rêve est d’ouvrir un dialogue sur l’alopécie. Il s’agit d’une condition auto-immune qui fait que je n’ai plus de cheveux et de poils. Je rêve qu'il soit aussi normal de voir une femme chauve qu'un homme chauve. C’est ambitieux, mais j’aimerais faire en sorte que ceux qui vivent avec l’alopécie ou n’importe quelle différence physique se sentent représentés au sein de l’industrie de la mode, un peu comme Winnie Harlow l’a fait pour le vitiligo. En normalisant son apparence, elle a ouvert la porte à plein d’autres mannequins. Sinon, je rêve de vivre à New York depuis que je suis petite!

Avez-vous un conseil pour parvenir à s’assumer?   

Changer la manière dont on se parle à soi-même. Tout part de là. Quand j’ai commencé à arborer mon crâne chauve en public, je craignais énormément le regard des autres, car je le cachais depuis neuf ans. J’ai décidé de changer la donne en m’imaginant que chaque fois que quelqu’un me regarderait avec insistance, je le prendrais comme un compliment. Et ça s’est vite ressenti dans mon énergie, car j’ai commencé à recevoir de plus en plus de véritables compliments! Selon moi, la beauté est vraiment une question de confiance en soi. Et puis, chacun vit avec ses propres insécurités. Un commentaire négatif n’a rien de personnel. On fait tous de notre mieux!

À VOIR: Clin d'œil: Behind the Scene, Martha Wainwright 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus