«Impossible à aimer» de Cœur de Pirate: respirer | Clin d'œil
/homepage

«Impossible à aimer» de Cœur de Pirate: respirer

Image principale de l'article «Impossible à aimer» de Cœur de Pirate
Maxyme G. Delisle

Impossible à aimer, vraiment? Le titre du dernier album de Coeur de Pirate pourrait en faire frissonner plus d'un. Malgré tout, l'artiste se plonge joyeusement dans une oeuvre qui flirte avec le disco. Entrevue.

Découvrez ses commentaires sur chacune de ses chansons dans notre capsule vidéo:  

Tu sembles reprendre le contrôle, en même temps que ta voix, après la sortie de l’album instrumental Perséides.

Je dois t’avouer que j’étais un peu nerveuse de chanter après avoir subi une opération aux cordes vocales. J’avais ces chansons dans mes tiroirs depuis un bon moment. J’ai pu prendre mon temps, puisque la pandémie a retardé le processus. Je suis contente de les sortir enfin! 

Est-ce un soulagement? Car c’est ce qui transparaît dans les pièces, même celles qui abordent de front les déceptions amoureuses.

Absolument! On m’a déjà dit que ça ne devait pas être facile d’être avec moi à cause de la vie publique que je mène et de ce que je raconte dans mes chansons. Même si c’était lancé à la blague, j’ai trouvé ça plate à entendre. Impossible à aimer, c’est un peu les lettres que je n’enverrai jamais. Au travers de ces déceptions, il y a une lueur d’espoir. Ces situations m’ont permis de grandir, ce qui m’a fait me diriger vers une relation plus saine. 

Et vers un plus grand respect de toi-même?

Absolument. Impossible à aimer, c’est une prise de parole face à des gens qui m’ont fait du mal, pour pouvoir passer ensuite à une autre étape. C’est un lâcher-prise sur le passé, une sorte de «ça suffit, pas le temps de niaiser!». (Rires...)

Malgré ces sujets plus difficiles, tu te tournes vers un pimpant disco sur plusieurs chansons. Pourquoi ce choix?

Ce n’était pas voulu! (Rires...) Au début, j’allais vers un son plus country, un peu dans l’esprit de T’es belle. C’est en travaillant sur On s’aimera toujours que j’ai réalisé que j’avais envie d’explorer cet univers, à partir d’inspirations comme Dalida. Déjà, à l’écoute de Golden Baby, tirée de Blonde, on pouvait se douter que j’irais là un jour. (Rires...) Renaud Bastien, mon réalisateur, n’avait jamais touché au disco de sa vie. Il a tout de même réussi! C’était la première fois qu’on faisait un album ensemble. Il est extrêmement talentueux; ce n’est qu’un début pour lui. 

Alexandra Stréliski a collaboré à la pièce Tu ne seras jamais là. Quelle a été sa contribution?

La chanson, qui existait déjà, a pris une tout autre dimension grâce à elle. Parfois, on a besoin d’un autre regard sur une œuvre; c’est ce que m’a apporté Alexandra. Ça m’a fait beaucoup de bien, et ça a bonifié la pièce! Créer l’album Perséides m’a également permis d’avoir un autre point de vue sur ma manière de travailler J’ai compris que ça pouvait être bénéfique de laisser des temps morts dans une œuvre, d’être moins intense. J’ai appris à laisser respirer l’ensemble.

Impossible à aimer, de Cœur de Pirate, offert chez Bravo musique dès le 15 octobre.

Cette entrevue a été réalisée en collaboration avec le magazine Clin d'oeil.        

Qu'est-ce qu'on retrouve dans les écouteurs de Coeur de Pirate?            

Pour (re)découvrir le répertoire de Coeur de Pirate, c'est ici:            

À LIRE AUSSI:

• À lire aussi: «Les eaux claires» de Chloé Lacasse: plonger dans le deuil

• À lire aussi: Dans l'univers musical d'Anthony Kavanagh

• À lire aussi: Session d’écoute avec Salomé Leclerc

À VOIR AUSSI:

Découvrez le tout nouvel épisode d'Entre 2 notes, mettant en vedette Laurence Jalbert et Alexandre Poulin!

À lire aussi

Et encore plus