Julien Corriveau est le pro... de la philo | Clin d'œil
/society/psycho

Julien Corriveau est le pro... de la philo

Image principale de l'article Julien Corriveau est le pro... de la philo
agence spm

Contrairement à ce que tout le monde pense, je n’ai pas étudié à l’École nationale de l’humour ni dans une école de mannequins. Non. Je suis titulaire d’une maîtrise en philosophie. Bien que cela me rende très, très séduisant auprès des jolies femmes, je ne crois pas être un humoriste particulièrement intelligent.

Sur une échelle de Peter MacLeod à Louis T., je me situerais autour de 4. Cela dit, l’étude de la philosophie m’a quand même permis de réaliser mon plus grand rêve: écrire une courte chronique dans le magazine Clin d’œil. Je suis donc très heureux de vous présenter brièvement la discipline qui a fait de moi quelqu’un de très gossant pour son entourage.

Les plus grands experts de ce monde (Wikipédia) définissent la philosophie comme une «démarche de réflexion critique portant sur le monde, la connaissance et l’existence humaine». Cependant, la définition en vogue dans la population en général (et dans la population de ma famille en particulier) est plutôt: «perte de temps». Je peux comprendre. Il est difficile d’avoir de l’intérêt pour quelque chose dont on ne voit pas l’utilité. C’est pourquoi j’ai moi-même très peu d’intérêt pour la poudre à pâte ou les drones. Mais j’aimerais vous montrer que la philosophie, malgré son caractère abstrait, hermétique et parfois carrément bizarre, peut s’attaquer à des problèmes bien réels.

Si vous êtes allés au cégep, vous vous souviendrez peut-être (selon votre taux d’intoxication) de votre cours d’éthique et de ses dilemmes moraux absurdes. Exemple: «Un train fou va bientôt écraser cinq travailleurs, mais vous pouvez actionner un levier qui détournerait son itinéraire pour n’en frapper qu’un seul. Que faites-vous?» Cette expérience de pensée digne du film Saw peut vous paraître abstraite; pourtant, c’est exactement le genre de questions que se posent présentement les programmeurs des voitures autonomes qui envahiront bientôt nos routes. Comme ces véhicules ne pourront pas justifier leur mauvaise conduite par des excuses humaines, telles que: «J’étais en retard à mon cours de zumba», ils devront être préprogrammés pour prendre des décisions basées sur des principes moraux. Mais quels principes choisir? Et comment les traduire en algorithmes? Bref, excellent sujet de discussion dans un party de Noël.

Au cours des dernières années, le règne d’un président américain au look de Youppi avec des cheveux de blé d’Inde a mis en lumière la relative fragilité de notre conception de la vérité. Pour des millions de personnes, les «faits alternatifs» et autres aberrations de l’ère postvérité valent plus que les connaissances gagnées par la méthode scientifique et la recherche journalistique.

Que faire quand la logique et la science perdent le combat contre des arguments massues, comme: «Je veux pas mettre de masque, ça me tente pas d’avaler ma bave»? J’aurais pu aborder plein d’autres sujets qui passionnent les philosophes, dont le spécisme, les institutions démocratiques et les toges. Mais je m’en voudrais d’enlever de l’espace à la rubrique «15 trucs pour soigner l’acné d’adulte». (NDLR: L’acné adulte, c’est pas le fun, tu sauras!) Donc, je vais m’arrêter ici. 

Je me suis proposé de vous parler ici de problèmes philosophiques concrets. Mais est-ce vraiment si cave que ça de réfléchir à des choses abstraites? Alors que les mythologies des grandes religions sont progressivement remplacées par le silence assourdissant de l’individualisme néolibéral, qui peut répondre aux problèmes du sens de la vie, de la persistance des inégalités ou de notre rapport à la nature? Siri? Ça m’étonnerait... mais j’avoue que j’ai pas encore installé la dernière mise à jour.

 

 

 

Julien est collaborateur et auteur pour l’émission Club Soly et auteur pour l’émission Entre deux draps, toutes deux sur les ondes de Noovo cet automne. Son livre, Monsieur Mousteille: Motobiographie, est offert en librairie et son album, The Final Score, est sur Spotify.

À VOIR: Sur mon île déserte, j'apporte... avec Naadei 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus