Valérie Roberts est la pro du... true crime | Clin d'œil
/society/psycho

Valérie Roberts est la pro du... true crime

Les histoires vraies de criminels, je trouve ça passionnants. Si je me creuse la tête, je suis pas mal certaine que ça a commencé avec une émission de Canal D, Un tueur si proche.

C’est ce qui m’a obligée à regarder pour la première fois la réalité des crimes en face. Je me rappelle avoir passé des soirées devant mon téléviseur à dire sans arrêt: «Ben voyons donc!» ou «J’en reviens pas...»

Depuis, avec l’apparition des plateformes d’écoute en ligne de séries et de films, je suis devenue une fervente admiratrice des documentaires true crime. Honnêtement, j’ai tout vu. Je connais par cœur l’histoire des célèbres tueurs en série, dont Ted Bundy et Richard Ramirez, alias The Night Stalker. Je suis aussi totalement fascinée par The Jinx, le documentaire incroyable sur la vie de Robert Durst – ne serait-ce que pour voir la dernière minute, ça vaut la peine! J’ai également adoré suivre la saga de Steven Avery, qui est devenu un phénomène mondial avec la série Making a Murderer, ou encore le documentaire Don’t F**k with Cats: Hunting an Internet Killer, au sujet des internautes qui se sont donné pour mission de retrouver Luka Rocco Magnotta. 

photo courtoisie netflix

Malgré le côté obscur du genre, je suis obligée d’admettre que je suis devenue une pro en la matière. Je pense que c’est dû à ma curiosité sans bornes. Quand je regarde un documentaire criminel, j’ai juste le goût d’approfondir, d’analyser, de comprendre les crimes et, surtout, les humains qui les commettent. Je suis intriguée par le comportement des tueurs... On dirait que c’est une réalité tellement loin de moi que j’ai besoin de comprendre leur psychologie et le pourquoi du comment!

• À lire aussi: 10 podcasts de true crime à écouter si vous avez déjà tout vu sur Netflix

Et ce que je trouve tout aussi intéressant, c’est de discuter de l’émission après l’avoir regardée avec mon mari, de me renseigner sur l’histoire du criminel, voire d’émettre parfois ma propre hypothèse lorsque la conclusion demeure mystérieuse. D’ailleurs, mon chéri et moi ne tomberons jamais d’accord sur la fin de la série The Staircase... D’après moi, il ne l’a pas tuée. Vous irez voir ça. C’est particulier, parce que j’ai l’impression qu’écrire ce texte et vous avouer mon grand intérêt pour le true crime fait de moi quelqu’un de bizarre, quelqu’un qui aime les tueurs en série, alors que c’est tout le contraire: j’éprouve énormément d’empathie pour les familles des victimes.

Une chose est certaine: je ne peux pas m’empêcher de me lancer dans une nouvelle série du genre dès qu’elle apparaît! Mes suggestions de la dernière année: I’ll Be Gone in the Dark et Murder on Middle Beach. Ces deux-là abordent le thème sous un angle captivant.

Je salue mon équipe de radio, qui me juge chaque fois que j’embarque sur ce sujet avec enthousiasme... Je pense qu’ils ont peur de moi désormais. (Mwahahahaha).

À VOIR : Les 4 signes astro les plus courants chez les tueurs en série 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus