Les plus grandes tendances sportives de l’été 2021 | Clin d'œil
/society

Les plus grandes tendances sportives de l’été 2021

Entraînements populaires, cours en ligne, applications sportives... On lève le voile sur les nouvelles tendances en matière d'activités physiques qui nous donneront envie de bouger tout l’été.

Pendant le confinement, on a été nombreuses à se lancer avec entrain dans la confection de pains aux bananes tout en sirotant notre café Dalgona, vêtues de notre jogging tie-dye teint à la main... même si plusieurs d’entre nous ont aussi tué le temps en soulevant des haltères dans leur salon! Eh oui, pendant qu’on immortalisait sur Instagram notre première focaccia maison (plus ou moins réussie, d’ailleurs), d’autres sondaient le site eBay à la recherche de poids, en faisant grimper les ventes de ces derniers de 1980 % – une croissance record! – au printemps passé par rapport à la même période en 2019. Quant à Strava, l’application mobile pour les coureurs et les cyclistes, elle a accueilli une moyenne de deux millions de nouveaux abonnés chaque mois en 2020... probablement les mêmes que ceux qui ont pris d’assaut les vélos au Québec pendant l’été, avant que ce ne soit au tour des skis de fond d’être en rupture de stock au début de l’hiver! Bref, pendant que l’avenir se dessinait avec incertitude et que la vie que l’on connaissait semblait s’étioler un peu plus à chaque mesure annoncée par le gouvernement, certaines ont trouvé un exutoire dans le sport à la maison ou en nature, à défaut de pouvoir se rendre au gym. 

On a envie de bouger, de se dépenser et de changer d’air, mais le yoga nous ennuie et l’idée de courir nous donne de l’urticaire? On a repéré plein de nouvelles disciplines et de cours de sport tendance à tester (chez soi), mais aussi des balados à écouter, des soins de beauté ciblés et des tenues athlétiques à enfiler, même si ce n’est que pour se lancer dans un marathon de visionnement de nos séries préférées!

1. Du sport à petite dose  

Courir 15 km toutes les fins de semaine? Bof, bof... En 2021, la tendance est plutôt à l’activité sportive rapide et efficace qu’on peut caler entre deux visioconférences. Entre en scène le micro HIIT. Ce sigle désigne un entraînement fractionné de haute intensité d’exercices en anaérobie (ou, dans des termes plus compréhensibles, une séance alternant des périodes d’effort intense et de récupération), populaire depuis quelques années. En s’adonnant au micro HIIT, au lieu de privilégier des séances d’une heure — ou même de 20 minutes —, on préfère tout donner en sept minutes top chrono, un laps de temps qui apporterait déjà des bienfaits non négligeables pour notre santé, selon le journal officiel de l’American College of Sports Medicine. On se tourne dès lors vers les applications mobiles Seven – 7 minutes d’exercice, 7M Workout ou J&J Official 7 Minute Workout. C’est pratique quand on veut bouger dans nos journées chargées!

2. Entraînement facial  

Depuis qu’on travaille de la maison, on passe le plus clair de notre temps devant notre ordinateur à enchaîner les réunions Zoom, au lieu d’étirer les pauses café entre collègues. Résultat, la fatigue oculaire – qui se traduit entre autres par une vision trouble ou des maux de tête – se fait sentir. Pour parer au problème, on mise sur le yoga des yeux (les vidéos ne manquent pas sur YouTube). Mise au point par le Dr Bates dans les années 1920, cette gymnastique – qui permet en même temps de développer et de détendre les muscles de l’œil – connaît aujourd’hui un regain de popularité. L’un des exercices phares consiste à regarder en haut et en bas, puis à gauche et à droite sans bouger la tête. On n’a pas de problème de vision? On préférera peut-être la séance HIIT, cardio à souhait, de FaceGym (facegym.com). Le site britannique propose divers cours en ligne... pour notre minois! À l’aide de techniques de massage, d’exercices conçus par des experts et d’accessoires (comme la pierre gua sha), on stimule la circulation sanguine, on encourage la production de collagène et on accélère le renouvellement cellulaire pour raffermir la peau de notre visage et lisser les rides et les ridules. Avis au prochain qui nous dit qu’il faut se lever de notre canapé pour s’entraîner...!

3. Écouter son instinct  

On a tendance à bouger par devoir plutôt que par envie? Voir le sport sous un autre angle pourrait nous aider à trouver une nouvelle motivation. C’est la mission de l’entraînement intuitif qui, plutôt que de dicter tel ou tel exercice à faire, nous encourage à écouter notre corps pour savoir de quel type de mouvements, de quelle intensité et de quelle durée d’activité on a besoin ce jour-là. En d’autres termes, on consulte notre petite voix intérieure pour savoir ce qui nous convient le mieux selon l’état d’esprit dans lequel on se trouve. Cette philosophie, qui prend de l’ampleur aujourd’hui, guide d’ailleurs le mouvement HappyFitness (happyfitness.ca) depuis 2012. L’entreprise québécoise propose des cours en plein air (et en ligne depuis le début de la pandémie), basés sur le principe de l’entraînement intuitif. Chloé Rochette, présidente et fondatrice de cette école qui prône le plaisir et le bien-être avant toute chose, nous livre ses conseils bienveillants pour se mettre au sport.

4. Party!  

On s’ennuie de sortir danser sur de la musique électro jusqu’au petit matin? En attendant l’ouverture des clubs et des bars, on se déhanche dans notre salon (et rien ne nous empêche de nous pomponner pour l’occasion... ni de rester en mou, d’ailleurs!). La discothèque House of Yes (houseofyes.org), située à Brooklyn, organise des événements virtuels payants, comme des classes de fitness qui permettent de peaufiner notre style sur la piste de danse, tandis que le compte Instagram Club Quarantine (@clubquarantine), lancé par quatre Torontois, propose chaque semaine des soirées queer via Zoom pour leurs 72 300 abonnés. On souhaite plutôt apprendre de nouvelles techniques? L’application Steezy (steezy.co) offre des cours de ballet, de danse contemporaine, de hip hop, de waacking, de K-pop ou encore de jazz funk pour se défouler en s’amusant (et améliorer au passage nos chorégraphies sur TikTok).

5. Gravir l’Everest  

Le défi qui anime les cyclistes en herbe ces temps-ci? L’everesting, une tendance tout droit venue d’Australie qui encourage les participants à grimper une montagne autant de fois que nécessaire pour cumuler un dénivelé équivalent à l’Everest, le sommet le plus haut du monde, qui culmine à 8849 m d’altitude. Si, à la base, cette activité d’endurance doit être effectuée d’une traite, la montée en puissance des vélos d’intérieur permet désormais de tenter l’expérience à la maison sur une journée... ou sur plusieurs semaines, voire sur plusieurs mois (après tout, rien ne nous empêche de dicter nos propres règles, comme celle d’échanger l’Everest contre le mont Wycheproof, qui, avec ses 43 m de hauteur, est la plus petite montagne au monde). En tête de peloton des vélos statiques, il y a Peloton (onepeloton.ca) justement, qui a conçu des appareils munis d’un écran technologique, tout comme le gym canadien Spinco, qui vient de lancer, en collaboration avec Echelon Fitness, son vélo connecté, baptisé Podium (spincopodium.com), pour permettre à ses abonnés de profiter de ses classes de spinning à la maison. Enfin, il y a aussi la plateforme de cours en ligne Realspin (realspin.ca), qui offre même de louer un vélo dans la grande région de Montréal (on s’arme cependant de patience, il y a une liste d’attente).

6. Espaces positifs 

De plus en plus de gyms mettent l’accent sur l’inclusivité et le bien-être à tous les points de vue, en créant activement un endroit – physique ou en ligne – où s’entraîner de façon sécuritaire. On va où au Québec?

a) À Acte Training : Depuis son lancement, en janvier 2021, ce studio en ligne propose plus de 200 capsules vidéo – yoga, fitness, Pilates, course, méditation... –, avec des nouveautés chaque mois. «Je cherchais en vain un endroit beau, inspirant et motivant, où [plusieurs disciplines] cohabiteraient de façon intelligente, raconte la fondatrice, Chanelle Riopelle. J’ai donc décidé de créer un lieu virtuel, afin qu’il n’y ait pas de privilège géographique, de restriction d’horaire et de multiples abonnements qui grugent le portefeuille. C’est un safe space où s’entraîner comme bon nous semble, quand bon nous semble, à l’abri des jugements et des comparaisons qui nous empêchent d’évoluer.»

b) À ELMNT Studio: Cette salle montréalaise – qui offre aussi des cours en ligne – s’est donné comme mission de créer un endroit sans discrimination, qui respecte les principes d’inclusivité et de neutralité de genre. «On souhaite aider tous ceux qui veulent se sentir plus connectés [à leur corps] pour mieux en prendre soin et répondre à ses besoins à travers le mouvement, explique le cofondateur Drew Bathory. Toutes nos classes [qui mélangent différentes techniques, comme le yoga, la barre, le Pilates, la danse ou encore un travail de respiration] nous invitent à écouter et à suivre notre corps.» Le but? Nous encourager à prendre de l’assurance en étant totalement nous-mêmes. C’est beau!

7. Classes virtuelles  

Ces quatre plateformes nous permettent de nous entraîner à la maison comme si on était au gym!

Apple Fitness+ : Offerte sur les appareils Apple, cette application payante nous recommande des entraînements ciblés et nous montre même nos données physiques – comme notre fréquence cardiaque – en temps réel lorsqu’elle est connectée à notre montre intelligente.

Centr : Qui n’a jamais rêvé de s’entraîner aux côtés de l’acteur Chris Hemsworth? C’est ce que nous promet (ou presque) l’application Centr, lancée par celui qui incarne Thor au cinéma et qui est connu pour avoir un physique d’acier! Elle propose un programme de mise en forme personnalisé et holistique, de l’entraînement ciblé aux repas adaptés. Bref, c’est intense, mais n’est pas Thor qui veut!

The Class : Taryn Toomey, qui compte Jennifer Aniston et Gisele Bündchen parmi ses clientes, a créé une plateforme de cours en direct qui mettent l’accent sur l’observation des sensations dans notre corps pour être plus à l’écoute de nos besoins et relâcher les tensions, le stress du quotidien... ce qui implique notamment de crier le plus fort possible!

Obé : Le site propose de nombreux entraînements en direct au quotidien et plus de 5000 vidéos sur demande – yoga, barre, HIIT, fitness, Pilates, méditation et même trampoline – pour répondre à toutes nos envies et à nos besoins, selon notre humeur du jour.

8. 3, 2, 1, partez!  

La course à pied est un sport qui est loin de faire l’unanimité et, pourtant, elles s’y sont mises pendant la pandémie.

«J’ai toujours détesté la course par principe, mais après un épuisement professionnel qui m’a mise à plat, j’ai commencé à courir seule, en juin dernier; c’était une sorte de défi mental et physique. J’ai suivi un programme qui alterne marche et course et, surtout, je me suis acheté une nouvelle tenue de sport, ce qui contribue grandement à ma motivation.» – Aurélie

«J’avais arrêté de courir depuis trois ans, parce que je n’aimais pas ça. Puis le confinement est arrivé au printemps 2020, et je me suis retrouvée seule chez moi. C’était psychologiquement très lourd et, à ce moment-là, la course a été une catharsis extraordinaire. Ça me procure une énergie physique et un équilibre mental qui me motivent à continuer. J’y vais à mon rythme, et même si je peux sûrement courir plus longtemps, je n’en ressens pas le besoin.» – Philippine

À voir : 

Les mariages de célébrités les plus courts de l'histoire

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus