Marie Davidson: créer autrement | Clin d'œil
/culture/aecouter

Marie Davidson: créer autrement

Image principale de l'article Marie Davidson: créer autrement

- En collaboration avec

Depuis bientôt 10 ans, la musique électronique de la Montréalaise Marie Davidson fait danser les foules bien au-delà des frontières du Québec. Après une longue tournée, elle s'est posée à la maison pour travailler avec deux amis de longue date, Pierre Guérineau et Asaël R. Robitaille. Ainsi est née Renegade Breakdown, une oeuvre éclectique de Marie Davidson & L'Oeil Nu.

Comment ça se passe en ce moment, vu la situation particulière que l’on vit depuis le printemps?

Ça va bien! Mais notre album sort et on ne peut pas partir faire la tournée prévue. C’est évidemment décevant, mais en même temps, on a eu des mois pour s’y préparer mentalement. C’est comme ça pour tout le monde. Notre tournée est reportée à l’an prochain, et on espère que ça va marcher d’ici là, parce qu’on a super hâte de jouer en live.

Renegade Breakdown est assez différent de tes albums solos! Il est plus accessible, moins niché...

C’est le fun de savoir que tu le perçois comme ça, parce que c’est voulu! L’idée, ce n’était pas de faire quelque chose de plus accessible pour être plus commercial. L’argent et la notoriété, à ce stade-ci de ma carrière, ça me passe un peu par-dessus la tête. Par contre, il y avait une volonté de toucher à plusieurs styles et de faire de la musique d’écoute qui ne soit pas juste destinée aux clubs. Il y a des pièces plus expérimentales que d’autres, mais il reste que ça s’adresse à tout le monde, pas juste aux initiés.

J’ai lu que tu aimerais faire un album qui sonne comme une bande-son de film. Est-ce que c’est toujours dans tes projets?

Bonne question! En fait, je suis en train de travailler sur un court métrage expérimental – très expérimental, en fait, je filme avec mon téléphone! – et je vais en composer la musique. L’idée, c’est justement de réaliser mon propre film pour en faire la bande-son! Pierre et Asaël y participeront sûrement. Ils jouent dans le film, d’ailleurs.

Est-ce dans tes plans de refaire un album solo?

Pour l’instant, non. Ce qui m’occupe le plus est notre band, même si je continue de créer pour moi. En plus du film et de la bande sonore, je suis en train de terminer un premier recueil de poésie. Je le fais à mon rythme, pas comme à l’époque de ma carrière solo, qui m’a épuisée! C’est vraiment sans prétention. Je ne dirais pas sans ambition, parce que je suis une fille ambitieuse – je mets toujours beaucoup d’efforts dans ce que je fais –, mais je n’ai pas d’attentes. Ce n’est pas quelque chose que je fais pour plaire à l’industrie, ça n’appartient qu’à moi.

L’album Renegade Breakdown sort le 25 septembre chez Bonsound au Canada et Ninja Tune dans le reste du monde.

Cette entrevue a été réalisée en collaboration avec Clin d'oeil

Écoutez l'extrait Worst Comes To Worst juste ici:

Dans les écouteurs de Marie Davidson

«Voici deux pièces qui m’habitent aujourd’hui.»

Pour (re)découvrir Working Class Woman de Marie Davidson, c'est ici: 


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus