La question : «Les dépenses futiles de mon chum divisent mon couple. Je fais quoi?» | Clin d'œil
/society/loveandsex

La question : «Les dépenses futiles de mon chum divisent mon couple. Je fais quoi?»

Je vous rassure d’emblée: les finances sont souvent source de tensions dans un couple, même le mieux «matché». Vous n’êtes donc ni la première ni la dernière à estimer qu’amour et argent ne font pas toujours bon ménage.

Image principale de l'article Les dépenses de mon chum divisent mon couple
ISTOCK | COLLAGE: ELSA RIGALDIES

Soit l’un gagne plus que l’autre, soit le fric rime plus avec liberté qu’avec sécurité pour l’un des partenaires. Il brûle les doigts de X, tandis qu’il est religieusement mis de côté par Y. Quel que soit le scénario, il arrive que chacun doive s’ingénier à y trouver son compte. Quitte à sortir la calculette au cours d’une discussion franche ou à avoir recours à un ou une pro des finances perso. Mais voilà, votre cas est différent.

Comme vous me le précisez dans votre long courriel, vous vivez avec votre amoureux depuis plus d’un an. Vous vous êtes entendus pour partager toutes les dépenses reliées à votre vie à deux, et tout se passe comme prévu. Le hic, selon vous, c’est «la façon futile et carrément égoïste avec laquelle il se paye con-ti-nuel-le-ment de nouveaux gadgets pour satisfaire sa passion pour les jeux vidéos. Je sais bien que c’est son argent, mais ça me rend folle. C’est plus fort que moi!» Ce que vous me racontez est étonnant à première vue: après tout, il est libre, tout comme vous, de dépenser son fric comme il l’entend, pas vrai?

Or l’argent est rarement un problème en soi. C’est plutôt la relation qu’on entretient avec lui qui révèle un malaise, une faille ou un conflit intérieur. À vous lire, je devine une frustration inavouée, qui va au-delà de la passion (que vous qualifiez d’«égoïste») de votre geek préféré. Comme si, en comparaison, il n’investissait pas assez dans votre couple, tant financièrement qu’amoureusement.

Getty Images

Comme s’il ne s’engageait pas autant que vous le souhaiteriez. Comme s’il n’avait pas envie de faire des projets à deux. Comme s’il ne voyait pas l’intérêt de faire un achat important qui vous comblerait tous les deux. Bref, comme si vous ne comptiez pas assez à ses yeux.

Ce qui n’arrange rien, vos discussions, dites-vous, «tournent de plus en plus vite à la dispute». Vous jugez son comportement, il se braque, vous contre-attaquez et, boum, ça dégénère. Il claque la porte et vous restez seule avec votre colère. Et votre tristesse. À ce rythme-là, vous courez à la rupture. Est-ce bien ce que vous voulez? Alors avant d’en arriver là, je vous supplie de mettre vos vrais besoins au clair. Car, j’insiste là-dessus, vos récriminations portent moins sur les comportements de votre amoureux que sur votre insécurité. Entre nous, s’il ne payait pas sa juste part, vous auriez toutes les raisons de fulminer. Mais comme il ne fait que disposer de son argent comme bon lui semble, de grâce, cessez de vous immiscer dans ses affaires. Exprimez ce qui vous perturbe vraiment.

Sans vous affoler. Cela vous aidera à aborder la situation autrement avec lui. Et qui sait, à repartir sur de nouvelles bases. Car désolée d’être aussi cash, mais votre couple souffre davantage de votre insatisfaction mal exprimée que de l’acquisition de la dernière Xbox...

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus