L’acteur principal de «365 dni», Michele Morrone, répond aux nombreuses critiques | Clin d'œil
/culture/avoir

L’acteur principal de «365 dni», Michele Morrone, répond aux nombreuses critiques

Image principale de l'article Michele Morrone, répond aux nombreuses critiques
Capture d'écran YouTube

Le film érotique «365 dni», diffusé sur Netflix, a soulevé bien des vagues lors de sa sortie à cause de son contenu explicite et le scénario, qui incluent un kidnapping et des scènes de sexe où le consentement n’est pas toujours au rendez-vous. Le film a été critiqué, car plusieurs estiment que le scénario glorifie le viol et le trafic humain.

• À lire aussi: Comparé à «50 Shades of Grey», le film «365 jours» sème la controverse

Toutefois, le film a attiré énormément l’attention puisqu’il trône au sommet des contenus les plus vus sur la populaire plate-forme de streaming pour l’année 2020. Fort de ce succès, Netflix a même décidé de se lancer dans la production d’une suite, qui mettra en vedette Michele Morrone, le mafieux qui s’éprend de Laura (Anna Maria Sieklucka). 

Dans une entrevue avec E! News, Michele tente de défendre le long-métrage dans lequel il tient la vedette. 

«Il ne faut pas oublier que le film est basé sur un livre, une oeuvre de fiction. 365 Days était un roman érotique très populaire en Pologne avant d’être adapté au cinéma. Lorsque les gens regardent un film, je crois qu’ils sont conscients que les scènes jouées ne représentent pas la réalité, mais mon travail, à titre d’acteur, est de rendre le tout le plus réel possible. De rendre Massimo attachant pour le public, même s’il est un chef mafieux.»

Il poursuit : 

«J’ai confiance que le public sait que ce n’est qu’un fantasme, une fiction. Parfois, on regarde un film et on s’attache au «méchant», mais on reconnait tout de même que c’est un méchant qui fait de mauvaises choses et on sait que ce genre de comportement est inacceptable dans la vraie vie.»

Michele peut toutefois comprendre pourquoi ce film et ses thèmes osés peuvent choquer. 

«Je comprends la controverse et je suis heureux que l’on ait une discussion à ce sujet. Je crois toutefois qu’il ne faut pas ériger des barrières sur l’art. Donc je ne crois pas qu’il faille censurer un film de fiction comme celui-ci tandis que ceux traitant des thèmes de la guerre, des meurtres, du crime et de la mafia sont célébrés. Ce film n’est pas là pour minimiser les enjeux des violences sexuelles à travers le monde. Je ne veux pas que les gens croient que ce comportement est acceptable. Il ne l’est pas. Je crois que c’est une bonne chose que le film ouvre des discussions à ce sujet afin que la société soit encore plus alerte sur ces enjeux. »

On n’a pas encore de détails concernant la suite du film qui a été retardée à cause de la COVID-19. Sera-t-il aussi osé que le premier? À suivre!

• À lire aussi: Le film controversé «365 jours» aura officiellement une suite

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus