Les personnes qui ont des sœurs sont plus attentionnées et heureuses | Clin d'œil
/society/psycho

Les personnes qui ont des sœurs sont plus attentionnées et heureuses

Si plusieurs hommes souhaitaient, lorsqu’ils étaient jeunes, avoir un petit frère pour pouvoir jouer à leurs jeux favoris, ils sont aujourd’hui heureux de pouvoir entretenir une relation avec leur sœur. D’ailleurs, selon quelques études, les gens qui ont une sœur sont plus attentionnés, heureux et communiquent plus facilement.  

 

Les chercheurs de l’université d'Ulster en Irlande ont constaté que les personnes qui ont une sœur sont plus confortables avec leurs émotions, et par le fait même, à les exprimer.  

Sur les 571 personnes âgées entre 17 et 25 ans qui ont participé à l’étude, celles qui avaient une sœur étaient plus heureuses, avaient les outils nécessaires pour surmonter les épreuves et étaient moins stressées.  

Comme les gens avec des sœurs ont plus de facilité à communiquer et sont généralement plus confortables avec leurs émotions, elles ont tendance à être indépendantes et ont plus de facilité à se fixer des objectifs.    

 

 

«Les sœurs encouragent visiblement plus à la communication et à la cohésion dans les familles. Or, l'expression des émotions est fondamentale pour une bonne santé psychologique», explique Tony Cassidy, professeur de psychologie de l’université.  

Les arguments de Cassidy vont plus loin. Après avoir analysé la composition familiale et le bien-être émotionnel des participants, il conclut que les personnes qui ont eu une sœur sont plus accomplies dans la vie.  

Toujours selon les résultats de l’étude, les jeunes hommes qui n’avaient que des frères obtenaient les résultats les plus faibles, alors que les enfants uniques étaient dans la moyenne, en raison des relations sociales développées en dehors du cercle familial.  

 

 

Une autre étude réalisée à l’université Brigham Young en Utah démontre que les personnes qui ont une sœur ont tendance à moins divorcer. En effet, il serait plus facile pour les gens avec une sœur d’exprimer des émotions plus difficiles, pour les communiquer par la suite à la personne concernée.  

Laura Padilla-Walker, auteure de l’étude, estime que les gens qui ont une sœur sont moins propices à souffrir de dépression. Elle affirme que les sœurs jouent souvent le rôle de confident et aident par le fait même à la santé mentale de la famille.  

 Cette affirmation ne fait pourtant pas l’unaminité. Deborah Tannen, une linguiste américaine à l'université de Georgetown s’interroge. En entrevue avec le New York Post, elle confie : «Mais pourquoi donc avoir une soeur nous rendrait plus heureux? La réponse habituelle est que les femmes partagent généralement plus leurs émotions que les hommes. Cette conclusion n’est pas vraiment satisfaisante pour une chercheuse comme moi.»  

 

 

 Elle poursuit en confiant qu’il est probable que le fait d’avoir une sœur peut contribuer au bonheur «mais pas forcément parce qu'elles parlent d'émotions (...). Cela peut être aussi les détails de la vie quotidienne. Le simple fait de parler rend plus heureux.»

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus