Self-care: au-delà du bain moussant

C'est hot !

Self-care: au-delà du bain moussant

Jeudi 4 octobre 2018
Prendre soin de soi n’est pas un luxe.

 

On l’entend de plus en plus souvent, on l’utilise à toutes les sauces, et pour vendre une panoplie de produits et de services: le self-care est la nouvelle tendance commerciale du moment, et remplace peu à peu les «détox» et «jus vert» au rayon du marketing santé. À preuve: en 2017, le chiffre d’affaires des 10 meilleures applications de bien-être pour iPhone et Android a augmenté de 170 %. Sur Instagram, le mot-clic génère 6,3 millions de résultats. Dans la myriade de belles images léchées qui défilent, prendre soin de soi équivaut à se tremper dans un bain fleuri et coloré, à se vautrer, café à la main, dans une couverture de laine pastel, à boire du vin bio en se gavant de chocolat ou à se tartiner un masque d’argile hors de prix sur le visage. Le message qu’on nous envoie est clair: prendre soin de soi est un luxe. Mais a-t-on réellement besoin de petits pots, de desserts véganes ou de dispendieuses journées au spa pour ce faire? Comment trouver l’équilibre et se créer une vie dans laquelle on se sent bien, sans faire un trou dans son portefeuille?

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le self-care (ou l’autosoin) est la somme des actions que les individus effectuent pour rester en santé (physique et mentale) tout en prévenant ou en guérissant leurs blessures ou maladies existantes. Et nulle part ne parle-t-on d’enrobage corporel à l’argile rose! On aborde plutôt les thèmes de l’exercice physique, de la saine alimentation et des habitudes de vie qui réduisent les facteurs de risque.

 

Au-delà du rosé et des bains moussants, quatre expertes nous expliquent leur vision du self-care.

 

 

Prendre soin… DE SON ESPRIT

 

La santé mentale, tout comme la santé physique, est primordiale. On en parle de plus en plus: dans les publicités, dans les magazines, sur les blogues, à la télé... et c’est tant mieux! Déstigmatiser les problèmes de santé mentale est un pas dans la bonne direction, mais, du côté plus personnel, il faut savoir prendre soin de ce qu’on a entre les deux oreilles. «Il n’existe pas de façon de faire universelle, explique Marie-Hélène Rivard, intervenante psychosociale. On doit trouver ce qui fonctionne le mieux pour nous quant à la gestion de notre stress, de notre angoisse et de nos émotions, selon nos besoins et nos préférences.» Elle nous conseille d’essayer différentes techniques: thérapie, méditation, respiration... «Plus on connait de moyens variés de se faire du bien, plus on est outillés pour gérer des sentiments complexes, affirme-t-elle. Et lorsqu’il le faut, on consulte un professionnel de la santé mentale, qui pourra nous guider. Le self-care, c’est aussi être capable d’admettre sa vulnérabilité en allant chercher de l’aide quand on se sent au bout du rouleau.»

 

«Mais avant tout, pour pratiquer le self-care émotionnel, explique-t-elle, il suffit d’intégrer à sa routine des petites actions simples. On se donne le droit de dire non et on s’accorde une soirée à soi par semaine pour se reposer ou on écrit quotidiennement dans un journal afin d’extérioriser nos émotions, par exemple.» Ce qu’il faut absolument retenir, selon l’intervenante? «Il faut affronter nos émotions, même les plus négatives. On est souvent tentées d’amoindrir notre tristesse ou notre colère, mais c’est très sain de se laisser aller à ressentir complètement ces émotions, avant de passer à autre chose. Pour prendre soin de soi et pour bien se comprendre, c’est essentiel.»

 

 

Prendre soin… DE SON CORPS

 

Anne-Marie Archambault, coach de santé et fondatrice du site web À volonté, explique que l’objectif du self-care est de devenir expert de soi et de ce qui nous fait du bien. Pour y arriver, explique-t-elle, il faut se choisir et s’écouter, puis, peu à peu, poser des actions pour arriver à assainir ses habitudes. «Mais il faut faire preuve de patience dans son cheminement! On ne peut pas tout changer en un instant. C’est un processus qui doit sans cesse être renouvelé», précise-t-elle.

 

Et, pour elle, pas question de se priver des bonnes choses! «Parfois, prendre soin de soi, c’est faire du zumba pour se défouler et évacuer le stress. D’autres fois, c’est de manger une poutine! Tout est dans l’équilibre», lance la coach. Pour prendre soin de son corps, il suffit, dit-elle, de s’alimenter de façon diversifiée, de boire beaucoup d’eau et de trouver une activité qu’on aime et qui nous fait bouger. Pas sorcier! «On danse sur nos chansons préférées dans le salon, on fait du yoga en nous inspirant de vidéos en ligne, on rejoint – ou on crée! – une ligue de soccer amateur, on court avec notre chien ou on fait une marche en écoutant la radio en balado. C’est aussi simple que ça! Pas obligée de s’inscrire à un cours de CrossFit hors de prix pour être en pleine forme.»

 

La coach insiste également sur la valeur du sommeil: «Rien ne remplace une bonne nuit réparatrice! On fait une sieste quand on en ressent le besoin. Fermer les yeux, même une demi-heure, est suffisant pour se sentir mentalement et physiquement revigorée.» On cogne des clous au boulot? On se concentre quelques minutes sur sa respiration pour se recentrer et faire le plein d’énergie.

 

 

Prendre soin... DE SES AMIS

 

Jacinthe Emery, docteure en psychologie, est catégorique: les relations interpersonnelles constituent un élément fondamental et incontournable du bienêtre. «Les humains sont des êtres sociaux. Être en rapport avec d’autres individus, des gens qu’on apprécie, est essentiel pour être heureux, simplement », dit-elle.

 

La docteure affirme que la clé de bonnes relations interpersonnelles est, sans grande surprise, la communication. «Ce qui brime la plupart des relations, ce sont les non-dits. Communiquer de façon honnête et transparente n’est pas toujours facile, mais ça permet d’éviter beaucoup de malentendus et d’entretenir des rapports sains, dans lesquels tous les partis peuvent évoluer.»

 

«Il est aussi important de souligner le positif, dit Laurence C. Germain, intervenante psychosociale. Notre cerveau a tendance à se concentrer sur les éléments négatifs, alors exprimer sa gratitude, ça fait du bien! À nous comme aux membres de notre entourage. Remercier l’autre pour ce qu’il nous apporte, dans notre vie, c’est une façon de nourrir n’importe quelle relation.»

 

Les deux intervenantes s’entendent: même si on est de nature plus solitaire, réserver du temps dans son horaire pour passer des moments de qualité avec des personnes qu’on aime est une facette fondamentale du self-care. Mais attention! Il faut choisir des gens qui nous aident à grandir et à nous épanouir. «Et c’est important de respecter nos limites, affirme Laurence C. Germain. Pour se sentir soutenue, entourée, pas besoin de prendre un bain de foule tous les jours! Un simple coup de téléphone à un ami proche ou à un membre de notre famille peut nous faire un bien fou.»

 

De sages conseils à méditer, confortablement installée dans un bain moussant... ou pas!

 

 

Par: Perrye-Delphine Séraphin | Photo: Getty Images