Poutine à la thaïlandaise

C'est hot !

Poutine à la thaïlandaise

Jeudi 28 juillet 2011
[node-title], ,

Pendant sept ans, j'ai suivi un homme aux ambitions immenses partout où sa carrière le menait. Étant probablement intimidée par tant de succès et d'assurance, j'avais mis ma carrière et mon existence de côté pour vivre sa vie. On s'était connus pendant nos études. On était devenus des adultes ensemble. C'était mon âme soeur, mon homme idéal, ma forteresse.

À l'époque, on vivait à Londres depuis un an. Malgré mes qualifications, je n'arrivais pas à me trouver du travail dans cette ville où les gens sont hyper compétitifs. Ma confiance en moi était à zéro. À 28 ans, j'étais une femme au foyer. Je cuisinais des soupers gastronomiques tous les soirs en m'inspirant des cooking shows de Gordon Ramsay et de Jamie Oliver. Je me sentais tellement insignifiante comparée à tous ces hommes et à toute ces femmes qui brassaient de grosses affaires à Londres pendant que moi je brassais mon potage aux poireaux, au cheddar et au romarin.

Je me sentais prise au piège. Un jour, j'ai réalisé que c'est moi qui me mettais des barrières. J'avais le choix. Je devais simplement accepter de faire les sacrifices nécessaires pour retrouver ma confiance en soi. La première étape était de prendre mon courage à deux mains et d'oser me retrouver seule face à moi-même.

On s'est quittés en larmes à l'aéroport d'Heathrow en novembre 2008. Ç'a été une scène déchirante. Juste avant que je passe la porte du contrôle de sécurité, il a crié mon nom: «Myriam!». Wow! comme dans les films! Peut-être que... Je me suis retournée le coeur rempli d'espoir et je me suis avancée vers lui. «Myriam! Peux-tu me redonner la carte de crédit à ton nom avant de partir?» Le romantisme n'a jamais été son point fort. Je ne sais pas à quoi je m'attendais.

Crave Phangan © Myriam Houari

Crave Phangan © Myriam Houari

À l'aube de mes 30 ans, comme j'étais nouvellement célibataire et sans emploi, j'ai dû retourner vivre chez mes parents avec un sentiment d'échec total. Le coeur en peine, j'ai «rebondi» d'un soir à l'autre dans les restos et les bars du plateau Mont-Royal. J'ai tenté de profiter de mon nouveau statut de célibataire, mais sans en retirer de grandes satisfactions.

J'ai suivi des cours à l'université, j'ai cherché du travail, mais sans succès. J'étais dépassée. Une fois de plus, je n'allais nulle part. J'ai tout remis en question: «Pourquoi j'ai fait ça? Pourquoi suis-je partie? J'ai tout gâché!»

J'étais au bord de la dépression quand mon amie Valérie m'a parlé de son idée de partir en voyage. Elle tournait en rond à cause d'une relation qui ne la satisfaisait plus et d'un emploi qui l'ennuyait à mourir. Elle avait besoin de prendre du recul et de réfléchir sur sa vie. La thérapie par le voyage? L'idée était tentante. Plutôt que de payer 80 $ de l'heure pour aller pleurer dans le bureau d'un psychologue, j'ai choisi de m'envoler pour la Thaïlande avec ma meilleure amie.

On a eu le coup de foudre pour l'île de Koh Phangan. En y mettant les pieds, je me suis tout de suite sentie chez moi. On a été charmées par ses paysages spectaculaires et la chaleur de ses habitants. On a aussi côtoyé des Occidentaux qui avaient choisi de jeter l'ancre sur cette île paradisiaque et de se lancer en affaires. On a envié leur mode de vie, qui était à des années-lumière du métro, boulot, dodo, puis on s'est dit: «Pourquoi pas nous aussi?»

Le premier anniversaire du restaurant © Myriam Houari

Le premier anniversaire du restaurant © Myriam Houari

Après plusieurs mois de dur labeur, d'efforts de persuasion, de paperasse légale, de joies, de déceptions, de fous rires, de frustrations, de découvertes, de rencontres, de chocs culturels, d'incompréhensions, de doutes, d'éclairs de génie, etc., on a enfin ouvert les portes de Crave Restaurant and Lounge le 26 mai 2010.

Si quelqu'un m'avait dit il y a deux ans qu'un jour je ferais de la poutine et des burgers dans mon resto en Thaïlande, j'aurais éclaté de rire!

Aujourd'hui, je sais qu'il n'y a pas de limites à ce que je peux accomplir. J'ai osé croire en moi, je suis sortie des sentiers battus et j'en suis très fière. Cette aventure ne fait que commencer!

La suite de cet article ici.

Crave Phangan, www.facebook.com/crave.phangan, 56/7 Moo 8, Haad Yao West, Koh Phangan, Suratthani, Thailand, 84280