7 activités pour apprivoiser la solitude

C'est hot !

7 activités pour apprivoiser la solitude

Mardi 11 septembre 2018
«Mieux vaut être seul que mal accompagné», dit-on. Mais apprivoiser la solitude est souvent difficile: normal, l’humain est un être social. Pourtant, être seul – et se sentir bien! –, ça se pratique. Pour que passer du temps en solo ne soit plus un fardeau, on suit le guide!

 

 

Dans notre société hyperconnectée, la solitude est trop souvent associée à un état de tristesse, d’abandon, de rejet ou de souffrance. Alors que notre fil d’actualité nous renvoie sans cesse aux clichés idylliques de familles en vacances au soleil, d’amoureux au chalet ou d’amis dans une soirée glamour, pas étonnant que l’idée de passer du temps seul soit, pour plusieurs, synonyme d’angoisse!

 

«Ça ne veut pas dire s’isoler ou se renfermer», explique Sophie Morin, sexologue et psychothérapeute. Selon elle, la solitude est même bénéfique, puisqu’elle nous permet de développer une relation d’intimité avec la personne la plus importante dans notre existence: nous-même.

 

Et si on faisait une place de choix à la solitude dans notre quotidien, en l’embrassant plutôt qu’en l’évitant? Qu’on soit célibataire, en couple, avec ou sans enfants, extravertie ou introvertie, la solitude renouvelle le rapport à soi, en nous autorisant à réévaluer nos propres envies et en relativisant le rôle des autres dans notre vie. Planifier du temps en solo, c’est s’octroyer le luxe de décider de ce que l’on fait, sans compromis.

 

 

ON COMMENCE PAR QUOI?

 

«Si l’on souhaite rendre ses lettres de noblesse à la solitude, la première chose à faire, c’est de ne rien faire», affirme Sophie Morin. Selon la sexologue, c’est en se donnant le temps et l’espace d’introspection nécessaires que nos véritables envies émergent et que l’on connecte avec nos besoins profonds. «Il se peut que ce soit angoissant, au début. Mais lorsqu’on tolère le vide assez longtemps, l’anxiété diminue et ce vide se transforme pour devenir un lieu de rapprochement avec soi, voire un lieu de création.» Pour s’y habituer, Sophie Morin nous conseille de prévoir, dans notre semaine chargée, des instants de solitude dite positive, juste pour nous. Un rendez-vous en tête à tête avec soi-même, en somme! La professionnelle explique qu’une fois que l’on parvient à planifi er et à profi ter de ce temps seul, c’est tout notre rapport aux autres qui change. Puisque l’on s’autosuffit et que l’on n’a pas besoin d’autrui pour vivre des moments agréables, on entretient moins de liens de dépendance avec nos amis et nos connaissances. On les fréquente pour partager des expériences signifi catives, échanger des idées, plutôt que de les côtoyer pour combler un vide. Ainsi, on parvient à créer un équilibre sain dans nos relations interpersonnelles. Eh oui, passer du temps en solo, c’est bon pour nous et pour notre entourage!

 

Comme dans tout, pour s’améliorer, il faut se pratiquer. Voici donc sept activités qui aident à apprivoiser (et à apprécier!) la solitude.

 

 

 

 

1. On se détend sans culpabilité

 

On a enfin quelques instants pour nous? On en profite pour relaxer. On éteint notre téléphone intelligent, et on s’offre quelques heures au spa. Au menu: hammam, massage, soin du visage, manucurepédicure. La totale! Pas envie de dépenser? On se concocte un spa maison, avec nos produits chouchous et un bain moussant à l’eucalyptus. Les bienfaits des spas sur la santé physique et mentale ont été maintes fois démontrés. En plus de stimuler la production d’endorphine – l’hormone du bonheur – les bains chauds contribuent à relâcher les tensions nerveuses, améliorent la circulation sanguine et favorisent le sommeil. Le fait de se concentrer sur notre bien-être le temps d’une journée ou d’un weekend nous permettra d’associer ce moment de solitude à un réel sentiment de sérénité.

 

 

2. On réalise un projet

 

Pour certains, il est plus facile de profiter des moments de solitude lorsqu’ils sont consacrés à un objectif précis. Pourquoi ne pas entamer un tout nouveau projet? On se remet à une passion qu’on a négligée dans les dernières années, on se met à l’écriture de ce roman qui nous habite depuis longtemps ou on épluche Pinterest à la recherche d’une déco DIY qui sublimera notre appartement. En accomplissant une tâche concrète, la perfectionniste en nous cessera de percevoir les moments de solitude comme une perte de temps. Une pierre, deux coups!

 

 

 

 

3. On apprend quelque chose de nouveau

 

Métro-boulot-dodo... Nos journées se suivent et se ressemblent, et on a parfois l’impression que notre cerveau ramollit. On profite des moments en solo pour faire travailler nos neurones! Gourmande? On s’inscrit à un cours de cuisine, ou on tente de reproduire des recettes plus complexes à la maison. Pouce vert? On assiste à un atelier d’arrangements floraux. Mélomane? On prend des leçons de piano, de guitare ou de chant. De nombreuses études démontrent les bienfaits de l’apprentissage en continu. En plus de stimuler la concentration et la mémoire, apprendre une nouvelle habileté est l’une des meilleures façons de donner un boost à notre confiance en nous.

 

 

 

4. On joue à la touriste dans notre propre ville

 

Pas besoin d’aller bien loin pour briser la routine. On choisit un quartier que l’on connaît moins dans notre propre ville, on se chausse d’une paire d’espadrilles confortables, et on part à l’aventure! On tente de dénicher des endroits secrets, cachés, qui nous ont échappé au fil des années. Pourquoi ne pas traîner avec nous le vieil appareil argentique qui prend la poussière au sous-sol, question d’immortaliser notre balade de belle façon? En se rendant seule dans des lieux méconnus, on pose un regard différent sur le monde qui nous entoure. Notre sens de l’observation est plus aiguisé, et on accorde plus d’importance aux détails. Un beau moment d’introspection et de découvertes, à prix mini.

 

 

5. On se cultive

 

Dans notre imaginaire collectif, aller au cinéma, au théâtre ou au musée se fait habituellement accompagné. Et pourtant! Rien ne vaut un après-midi pluvieux, seul au musée, ou un dimanche matin en solo au cinéma. Ces activités culturelles nous permettent d’admirer des oeuvres à notre rythme, de les savourer entièrement et de nous laisser transporter par elles, sans distraction. C’est aussi un excellent moyen de sortir de notre zone de confort et de définir nos goûts. Suffit de briser la glace pour faire disparaître ce malaise qui nous habite lorsqu’on commande notre billet unique au guichet du ciné (et notre grand popcorn, rien que pour nous)!

 

 

 

 

6. On part en voyage

 

On réveille notre esprit d’aventurière, et on se lance à la découverte d’une ville ou d’un pays! Ça tombe bien, puisque ce type de tourisme est de plus en plus fréquent, et que les agences de voyages s’y sont rapidement adaptées. Suffit de s’informer sur ce qui s’offre à nous, selon nos goûts et notre budget. Les gens qui ont l’habitude de voyager seuls vantent souvent les avantages de leurs trips en solo: on se déplace à notre rythme, on mange ce qui nous plaît, on visite ce qui nous intéresse et, si on y est ouverte, on peut faire de magnifiques rencontres... De quoi nous donner envie de foncer! On ose?

 

 

7. On se paye une bonne bouffe

 

Plusieurs redoutent d’être vus seuls au resto, de peur d’être jugés. Cela dit, la plateforme de réservations OpenTable recense, depuis quelques années, une importante hausse des consommateurs qui se présentent seuls à leur table. Comme quoi la pratique se démocratise! Si on se décide à l’essayer, on se fait plaisir! On choisit LE resto qui nous met l’eau à la bouche depuis longtemps, quitte à économiser durant quelques semaines pour se payer un véritable festin. Les premières fois, on traîne un bon roman ou nos écouteurs, pour se créer une bulle confortable. Le plus succulent dans tout ça – mis à part ces huitres qu’on commande en entrée? Selon certaines études, manger seul permet de savourer plus intensément la nourriture et de mieux respecter notre satiété. Bon appétit!

 

 

Par: Laïma A. Gérald | Photos: Getty Images (principale), iStock (autres)